Monde et Multitudes propose des projections virtuelles

Diane Dègles, directrice et programmatrice de l’association Mondes et Multitudes, basée à St-Cyprien, est une passionnée du 7e art. Elle nous parle de son association, qui, malgré le confinement, continue à proposer des activités à tous les publics.

Le cinéma itinérant
Le cinéma itinérant Mondes et Multitudes en séance de plein air. Photo DR

Pour s’occuper pendant le confinement, l’association Monde et Multitudes proposera dans quelques jours une plateforme de Vidéo à la Demande (ou SVOD) qui donnera accès à des films en location à la pièce. Les spectateurs pourront choisir des films entre 1,99€ et 5,99€ et auront ensuite un accès en illimité pendant 48h avec une possibilité de location illimitée, à n’importe quel moment.

La sélection de l’association comportera quinze films parmi les suivants :
Tout public : Une Belle Equipe ; JeSuisLà ; Papi-sitter ; Le Grand Bain
Art et Essai : Les Eblouis ; Patients ; Woman at War (vostfr) ; Portrait de la jeune fille en feu ; Hippocrate ; The Lunchbox (vostfr) ; Petit Paysan
Jeune public : Ma Vie de Courgette (6 ans) ; Zibilla ou la vie zébrée (3 ans) ; Le Voyage dans la Lune (6 ans) ; Minuscule 2 (3 ans ? 92 minutes)
Documentaire : Vendanges ; De Chaque Instant ; L’intelligence des arbres (vf) ; Bovines, ou la vraie vie des vaches

Rendez-vous sur le site internet de Mondes et Multitude pour guetter l’arrivée de la plateforme.

Comment est née votre association ?

L’activité en Aveyron s’est construite peu à peu à partir de 2010. Au début, il s’agissait d’organiser des séances bénévoles de films documentaires. Puis peu à peu, le téléphone a sonné et des demandes sont arrivées. L’Aveyron était dépourvu d’un circuit itinérant de cinéma professionnel avec le passage au numérique. Or, ce département est le cinquième plus grand de France métropolitaine en superficie. Nous avons fortement été soutenus par des élus locaux pour mettre en place le circuit itinérant de cinéma de l’Aveyron. Sans eux, rien n’aurait été possible. Nous l’avons construit en tenant compte des besoins du territoire et en tentant de développer une offre la plus adaptée qui soit.

« Actuellement, nous desservons 67 communes sur 71 points, et 15 communautés de communes sur 18. Nous réalisons près de 20 000 entrées avec 350 séances »

Mais ce n’est pas tout, depuis 2016, nous avons mis en place un pôle d’éducation aux images, dénommée Louise, comme le film Thelma et Louise : Thelma pour le circuit, Louise pour l’éducation aux images.

Séance participative avec des adolescents
Séance participative avec des adolescents. Photo : DR

Louise est une unité mobile itinérante qui propose des ateliers artistiques et pratiques de cinéma comme des ateliers de réalisation, ou des ateliers mash-up : il s’agit d’un montage d’images et de sons tirés de diverses sources, et qui sont copiés, collés, découpés, transformés, mixés, assemblés… pour créer une nouvelle œuvre. Nous sommes un des rares acteurs à avoir cet outil d’ateliers d’éducation aux médias dans la région Occitanie. Ces ateliers ne s’adressent pas qu’au jeune public mais aussi aux personnes âgées, aux personnes handicapées, aux familles, aux détenus…

« En 2019, nous avons conduit 45 ateliers qui ont touché près de 900 personnes »

Comment travaillez-vous avec les communes ?

Dans chaque commune, nous avons un élu référent et parfois des bénévoles (de la bibliothèque, ou des habitants comme à Argences-en-Aubrac) avec qui nous décidons des dates, des animations, de la programmation et des animations autour des séances. Notre association est soutenue par le conseil départemental de l’Aveyron et par la région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée.

Comme nous sommes exploitants de cinéma, nous avons accès à toutes les sorties de film, comme c’est le cas pour un cinéma fixe. Chaque mois, nous éditons un catalogue des films à venir et nous les envoyons à nos partenaires. Ensuite, nous en discutons et choisissons ensemble les films.

« L’idée est que chaque séance soit un événement et un lieu de convivialité »

Chaque séance fait l’objet d’une présentation de film et d’un mini-débat, la fin de la séance est suivie d’un pot de convivialité. L’idée étant que les habitants d’une même commune se retrouvent autour d’une proposition culturelle et puisse échanger. Cela permet aussi de valoriser les équipements existants et le patrimoine architectural, naturel, l’été lors des séances « plein air » qui est une saison importante et rencontre un vif succès.

Pour chaque séance, nous réalisons un flyer, une affiche que les bénévoles diffusent. De plus, nous faisons à chaque fois un communiqué de presse, un SMS à envoyer aux proches, des publications Facebook, des newsletters territoriales, et un programme mensuel départemental.

« Nous travaillons sur tout l’Aveyron, du Nord au Sud, de l’Ouest à L’est, de janvier à décembre, en intérieur et en plein air.

Mais aussi dans le sud Cantal et le Nord Ouest de la Lozère »

Séance avec les scolaires
Séance avec les scolaires. Photo : DR

 Quelle est la particularité d’une séance avec les scolaires ?

Tout d’abord, présentation du film puis animation après la séance. Le billet est de 2€50 pour les élèves et gratuit pour les enseignants. Les films sont choisis dans un catalogue national et sont systématiquement « Art et essai ». Nous sommes le deuxième opérateur de cinéma en Aveyron pour les dispositifs scolaires. Nous assurons près de 70 séances sur une année, de la maternelle au collège et plus d’une trentaine d’interventions dans les lycées.

Quels ont été les chiffres pour 2019 ?

En 2018-2019, cela a représenté près de 6 000 entrées et plus de 2 000 élèves qui ont bénéficié à chaque fois de trois séances de cinéma, avec 44 écoles. En 2019-2020, nous avons travaillé avec 48 écoles et nous avons eu 2 254 inscrits.

Les dispositifs rencontrent un vif succès et répondent à un besoin réel. Néanmoins, il y a un problème de financement de cette offre. En effet, nous récupérons de 30% à 40% sur le prix du ticket à 2€50, le reste étant reversé aux distributeurs en en taxes : cela ne permet pas de couvrir nos frais. C’est la raison pour laquelle certaines communes nous aident à financer ces séances. Malheureusement, ce n’est pas mis en place partout et globalement nous sommes déficitaires sur ces séances. C’est pourquoi il est indispensable pour nous de regrouper plusieurs écoles lors d’une même séance afin de mutualiser les coûts.

Votre cinéma itinérant n’entre-t-il pas en concurrence avec le cinéma fixe ?

La salle du Fauteuil rouge, reconnue pour son confort. ©ADN12

Non,  bien au contraire, nous nous sommes aperçus que cela favorisait même le retour des spectateurs vers les salles de cinéma fixe. Lorsque nous allons apporter le cinéma dans les milieux ruraux, nous rendons le cinéma plus accessible, plus populaire. Il existe même un partenariat avec des salles fixes comme celui de Mur-de-Barrez, d’Entraygues, d’Espalion et de Baraqueville. Nous avons même déjà travaillé avec la Strada de Decazeville.

Vu la situation particulière liée au Covid-19, comment vous organisez vous ?

Ne pouvant plus nous déplacer sur les routes du département, toute l’équipe est au chômage technique. Une veille est assurée vis-à-vis du public et de nos partenaires. Une newsletter territoriale est envoyée tous les 15 jours (sept en tout) sur tout l’Aveyron. Des liens pour le visionnage de films adultes, enfant et famille ont été mis en place. Sur Facebook, des places sont à gagner… Des séances de cinéma payantes virtuelles sont proposées. Des films documentaires jeune public, d’art et d’essai également.

Quels sont vos projets pour la fin du confinement ?

Tous les ans a lieu le festival « Ouvre l’œil », festival destiné au jeune public, aux adolescents, avec une méthode participative, celui-ci sera reporté du 15 au 18 octobre 2020.

 Le mot de la fin Diane ?

A tous les cinéphiles amateurs et passionnés, retrouvez-nous sur notre site Internet et sur Facebook, où nous vous proposons des liens de visionnage de films, des jeux et des places à gagner. Pour tous renseignements merci de me contacter au : 06 37 48 16 02