Depuis le 13 mars, les féminines du Rodez Aveyron Football étaient au repos forcé. Désormais, les Rafettes sont fixées : le championnat est terminé. La FFF a arrêté les classements après 16 journées jouées. Les Ruthénoises terminent donc deuxièmes de leur poule de D2.

Un arrêt « logique »

Le coach des Rafettes, Mathieu Rufié, s’attendait à cette décision. @ADN12

Alors qu’il restait six journées à jouer, Rodez avait 12 points de retard sur le leader, Issy. La montée semblait donc compromise… L’arrêt du championnat n’a par conséquent pas vraiment d’incidence et semblait de toutes façons inéluctable au coach des rafettes, Mathieu Rufié : « Dans la poule, tout le monde a le même nombre de matchs », détaille-t-il, « Le classement était acquis. Ça ne change rien pour nous, de notre côté. Dans la poule B, par contre, ça fait des histoires. Mais bon, cet arrêt était prévisible. Après, est-ce qu’il y a une bonne décision pour tout le monde ? Je ne sais pas, ce ne sont pas mes affaires ».

Dans l’autre poule, l’écart entre le Havre et Saint-Etienne n’était que de trois points, et le club du Forez avait un match en retard… La FFF a tranché avec un classement au quotient qui fait monter le Havre pour 0,04 points… Les dirigeants stéphanois ont annoncé déposé un recours devant le CNOSF (comité national olympique et sportif français). La fin de saison sera peut-être un peu compliquée, pour connaître les poules pour l’an prochain. Car tout n’est pas acté comme l’explique Mathieu Rufié :

« La D1 n’est pas finie. On ne sait pas quelles seront les décisions finales. Ce communiqué de la fédération dit qu’au niveau national, donc D2 Féminine inclus, les montées et descentes seront sur le schéma normal. La question se pose uniquement pour les barrages. »

(Mathieu Rufié)

Difficile dans ce cas-là, et toujours en période de confinement, de commencer à préparer la saison prochaine. Sans connaître précisément ses adversaires ou encore quand la prochaine saison pourrait reprendre.

Avant la décision, pour être prêt en cas de reprise, le club avait mis en place un programme pour les joueuses, comme le confirme le coach, Mathieu Rufié : « Les filles avaient un programme d’entretien physique. Avec les contraintes qu’il y avait, on a conscience que c’est compliqué. Tout le monde n’est pas équipé de la même façon mais elle sont l’air de toutes bien aller ».