À Espalion, on profite du confinement pour éteindre les lumières

@ADN12_archives

Pourquoi éclairer des rues rendues désespérément vides par la mise en confinement de la population ? C’est aussi la question que s’est posée le maire d’Espalion, Eric Picard, qui a choisi, depuis ce mardi 14 avril, d’éteindre progressivement l’éclairage public dans les rues de sa commune…

« Les gens doivent rester chez eux et il fait jour plus tard donc il n’y a pas d’intérêt à laisser certains endroits éclairés »

Extinction progressive…

@Eric_Picard

Pragmatique, le maire d’Espalion a choisi de procéder par étapes. Dès ce mardi 14 avril, la promenade du Foirail et l’église de Perse ont été privées d’éclairage. « Tout ce qui est parcs, jardins et monuments du patrimoine sont fermés au public. Ils n’ont donc pas besoin d’être éclairés » fait remarquer le premier édile, qui avance les économies budgétaires comme premier argument à cette mesure.

Une première étape avant d’éteindre progressivement les lampadaires des quartiers résidentiels de la commune. « Cela prend un peu de temps car on travaille avec la société concessionnaire » explique Eric Picard, « on commence juste mais les habitants s’en rendront compte dans les prochains jours ».

Des habitants qui semblent pour le moment enthousiastes si l’on en croit leurs réactions sur les réseaux sociaux de la municipalité. L’extinction de l’éclairage public est pourtant un sujet qui a ses « pour » et ses « contre », comme on a pu le constater encore une fois lors de la dernière campagne municipale, où le sujet est revenu de façon régulière dans les débats.

« On éteint dans les zones résidentielles car, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il est prouvé que les cambriolages sont moins nombreux dans les quartiers non éclairés. Mais évidemment, on laissera les lampadaires allumés sur la route départementale et les zones à forte circulation, où il y a des passages-piétons… »

(Eric Picard, maire d’Espalion)

En 2016, la municipalité avait déjà choisi d’éteindre l’éclairage public des zones artisanales. « Il y avait eu des réticences au début mais finalement ça a été plutôt bien accepté » se souvient Eric Picard.

Et après ?

Voilà en tout cas une initiative qui nous semble intéressante et que peu de municipalités aveyronnaises ont choisi de tester pendant ce confinement… Quant à savoir si elle perdurera après la crise, le maire d’Espalion y réfléchit : « on l’envisage pour les quartiers résidentiels même si rien n’est encore décidé. En revanche, on rallumera les monuments du patrimoine car ils représentent l’image de la ville, surtout pendant la période touristique ».

Autre certitude pour Eric Picard, qui a été réélu le mois dernier pour un nouveau mandat : il faudra modifier le système d’éclairage public. « On est actuellement sur un système de cellules photovoltaïques qui s’allument et s’éteignent en fonction de la luminosité. On va passer à des ampoules LED, moins lumineuses de 30 %, et donc moins énergivores »…

En attendant, il y en a au moins un à qui ça aura donné des idées : le Château de Calmont d’Olt, qui a lui aussi décidé de mettre en veille ses veilleuses…