Onet. Bosch va fabriquer 6 000 masques par jour

©ADN12

La Direction de Bosch l’a annoncé aux élus du Comité Social et Economique de l’usine castonétoise : elle se prépare à lancer plusieurs lignes de production de masques chirurgicaux dans les semaines à venir. Une proposition faite récemment par les syndicats et qui semble donc avoir trouvé écho auprès des hauts dirigeants de la société allemande…

Quid du long terme ?

Jacques Douziech, secrétaire départemental CFE-CGC Aveyron. ©ADN12

Alors que la production de pièces automobiles a redémarré ce mardi 14 avril sur le site castonétois (lire en bas de page), une nouvelle activité va donc faire son apparition dès le mois prochain : la production de masques chirurgicaux, annoncée pour début mai. « D’après ce que nous a annoncé la Direction, il s’agirait de lignes manuelles, qui occuperaient une bonne dizaine de salariés et permettraient de produire 6 000 masques par jour » nous explique Jacques Douziech, du syndicat CFE-CGC, qui se réjouit de cette annonce, qui représente selon lui un « signe fort de la volonté de maintenir l’emploi sur site ».

Deux bémols cependant : on ignore à ce jour si la production est amenée à perdurer dans le temps, et les masques ainsi créés serviront uniquement aux personnels des différents sites Bosch en France. Ce que regrette le représentant syndical, qui espère que la Direction consentira à élargir la distribution hors des murs de l’usine…

« On salue évidemment l’initiative mais on regrette le manque d’ambition de la Bosch pour installer des lignes de production pérennes. La production de masques peut constituer une piste de diversification intéressante pour l’avenir. Si les masques sont homologués, on pourrait en faire profiter les secteurs qui en ont besoin… J’espère que la Direction va y réfléchir et rectifier le tir pour saisir cette opportunité »

(Jacques Douziech, CFE-CGC)

Une proposition qui pourrait être envisagée d’ici au lancement de la production, annoncée pour la deuxième semaine de mai.

Une reprise en douceur 

En attendant, l’activité a repris à Onet-le-Château ce mardi 14 avril après un mois de fermeture et moult reports… Deux équipes de 80 personnes se sont relayées : une le matin, l’autre l’après-midi avec un laps de temps entre chaque pour éviter qu’elles ne se croisent. Et des dispositifs inédits pour assurer la sécurité du personnel : port du masque, distanciation… « C’était un préalable à la reprise : les garanties sanitaires sont là, c’est très important » se félicite Jacques Douziech, qui n’a eu de cesse, avec les autres syndicats de l’usine, de réclamer ces mesures pour envisager la reprise.

« La sécurité du personnel a toujours été la priorité des syndicats. Les mesures mises en place vont dans le bons sens et nous sommes contents de redémarrer le travail dans ces conditions. Cela montre que Bosch est vivante. Il faut que ça se poursuive »

(Jacques Douziech)

Une lueur d’espoir donc du côté de l’usine castonétoise, qui doit se préparer à affronter les conséquences économiques de l’après-confinement, en plus de celles déjà vécues ces derniers mois quant à l’avenir du site…