Baraqueville. « Il faut anticiper les éventuels reports de mariages »

Anaïs Blanc a son bureau à Baraqueville. @ADN12

Il y a quelques mois, nous avions rencontré Anaïs Blanc à Baraqueville, alors qu’elle venait de lancer sa carrière professionnelle en créant sa propre agence événementielle, au sein de laquelle elle propose notamment d’organiser des mariages… Aujourd’hui, la crise du covid 19 la touche de plein fouet, comme l’ensemble du secteur. Nous avons pu la joindre dans son lieu de confinement par téléphone…

« Contacter ses prestataires et réfléchir à un plan B me semble être la décision la plus sage »

Comment réagissent vos clients ? Notamment les futurs mariés ?

La période actuelle est celle des mariages, la saison débute généralement en mars pour finir en octobre. Il faut comprendre l’inquiétude des futurs mariés. Pour ceux de mai et juin, il convient de rester attentif aux annonces du gouvernement. Ils doivent contacter leurs différents prestataires pour anticiper aux mieux. Pour les autres mariages, il faut attendre, laisser le temps tout en anticipant. D’après moi il n’est pas nécessaire de modifier la date de son mariage s’il est prévu dans un délai supérieur à 1 mois.

Quels conseils donnez-vous à vos clients ?

Il est plus sage de privilégier un report, idéalement sur la fin d’année, voire en 2021, mais surtout d’éviter les annulations. Devoir reporter son mariage n’est pas facile, il faut tout réorganiser, recontacter l’ensemble des prestataires. Les futurs mariés peuvent se faire aider plutôt que de baisser les bras. C’est sur ce point-là que je travaille actuellement. Lors de report de date, j’interviens auprès des futurs mariés pour les aider à modifier leur date, recontacter leurs prestataires ou en trouver de nouveaux s’il le faut.

Comment voyez-vous l’après-crise ?

Il est indispensable de prendre conscience qu’à la suite de cette grande crise sanitaire, inévitablement s’en suivra une crise économique. La majorité des entreprises du secteur événementiel sont des indépendants ( photographes, DJ, groupes de musique ….) qui travaillent par passion, des annulations pourraient les mettre à mal, au point qu’on n’est pas sûr de les revoir l’année prochaine.

Comment vivez-vous cette crise ?

Ce n’est évidemment pas la situation rêvée quand on a créé son entreprise il y a tout juste 5 mois… Le contexte quelque peu particulier que nous vivons impose de modifier nos comportements de façon drastique. Comme une grande majorité de citoyens, j’ai dû m’adapter et travailler depuis chez moi pour éviter des allers-retours entre mon domicile et le bureau de l’entreprise. Concernant les différents rendez-vous avec les clients, les prestataires, le réseau professionnel, je les réalise désormais par téléphone ou en appel visio. Je pense qu’il faut saisir cette opportunité de « pause » pour se former davantage, pour venir à bout des diverses missions sans cesse repoussées, se perfectionner et réfléchir à une vision à plus long terme de l’entreprise.