Le témoignage de confinement de Nadège, prof de danse à Rodez

Confinement ou pas, les Aveyronnais restent actifs ! Nadège, prof de danse à Rodez, garde le lien avec ses élèves via des exercices et des cours en live.

Comme toutes les écoles, celle de Nadège qui enseigne la danse est fermée depuis le début du confinement. Mais les liens ne sont pas coupés avec ses élèves puisqu’elle continue ses cours par visio, au grand bonheur de ses élèves… voici son témoignage :

Nadège, prof de danse à distance

Je suis professeur de danse à Rodez depuis 2007. Mon école se situe 1 avenue Durand de Gros à Rodez. J’y enseigne le Modern’jazz aux enfants à partir de 4 ans, aux ados, aux adultes. Dans l’école, ce sont 300 danseurs qui se croisent au fil des cours, modern’jazz, classique, hip hop, dancehall, salsa…

Je vous écris pour vous raconter mon quotidien du confinement… Mon école a fermé le 16 mars, en même temps que les scolaires : tout d’abord pour 15 jours, puis pour 1 mois… Mais au final, personne ne connaît la date de retour dans les studios de danse… Je voyais mes élèves 1 à 3 fois par semaine, et pour certains (les sport-études) tous les jours. Mon métier est l’enseignement, la transmission de techniques de danse, la création chorégraphique, le partage de ma passion…

La proximité avec mes élèves est essentielle pour corriger les corps, motiver et dynamiser les mouvements, donner la rigueur technique et la sensibilité artistique. Pourtant, il me semblait important de conserver un lien avec mes élèves, de continuer à les faire « danser ».

Nadege continue contre vents et marée à donner ses cours en ligne.

Grâce aux réseaux sociaux, nous sommes arrivés à préserver virtuellement un petit entraînement hebdomadaire. Pour les plus jeunes, je prépare des vidéos d’apprentissage et des mini chorégraphies à reproduire chez eux. Pour les plus grands, 3 fois par semaine, via Instagram Direct, on se retrouve pour 1h de cours en Live! Je propose aussi des challenges photos et vidéos à mes danseurs ! Ainsi je reçois des photos incroyables, pleines de créativité.

Je suis très loin des valeurs de l’enseignement que je prône habituellement comme la correction individuelle et adaptée qui pour le coup est impossible… mais tant pis, l’essentiel reste la Danse. Le retour des parents/des danseurs est très positif, chacun y trouve son compte, son rythme ; au fil des jours, les groupes se retrouvent et s’échangent des messages d’amitié, de motivation, de soutien… Des anciens élèves, partis pour leurs études se greffent aux lives et retrouvent le plaisir de la danse pour quelques instants…

Je me dis que si pendant 1h je peux donner à tous les danseurs, un instant de bonheur, une parenthèse hors du temps et des soucis alors je contribue un peu à adoucir le quotidien du confinement.

Philipine a la maison

Malheureusement le Spectacle de fin d’année, tant attendu par les élèves devra être repoussé. Le temps que nous pourrions consacrer à sa préparation reste incertain, trop court. Nous avons également des problèmes logistiques liés aux costumes et bien entendu, l’incertitude sur le déconfinement pour les salles de spectacle. Tout ceci ne me permet pas de garantir à mes danseurs une fin d’année en apothéose… et puis un gala en si peu de semaine se serait fait au détriment du travail scolaire et du repos sur des corps qui auront forcément perdu l’entraînement et l’endurance… J’ai hâte de rouvrir l’école et d’accueillir mes danseurs … j’imagine tous les jours ce moment !!!

Quelques retours de parents et danseurs

« J’avais l’habitude d’aller à la danse tous les jours. J’y retrouvais le groupe, mes amis, Nadège et j’y pratiquais ma passion. Aujourd’hui la situation ne me le permet plus. Mais grâce à ses lives, ses images, ses challenges et ses chorégraphies nous restons en contact. Nadège continue de travailler dur et nous apporte beaucoup (soutiens, corrections…). J’ai hâte de retrouver cet équilibre ! »

Maelys, 17 ans

« Pour nous aussi parents, c’est une réadaptation. Nous avons pour habitude de déposer nos enfants à la danse, être spectateur d’une répétition, d’un gala… aujourd’hui c’est tout autre : nous participons au cours en Visio, au défi lancé… nous nous découvrons des talents de photographes de danse, nous participons à là mise en scène de ces défis… cela nous permet de nous évader, d’avoir un peu de répit dans l’organisation actuelle. »

Maman de Lola, 9 ans

Emma a la maison

« La danse pendant le confinement pour moi est essentielle. Elle me permet de faire une pause dans les devoirs et dans ses journées chargées en travail. Faire de la danse pendant le confinement me permet de me sentir mieux et les défis que Nadège propose me divertissent et m’amusent. Toute la famille prête main forte. C’est grave bien. J’ai quand même hâte de retrouver l’école de danse et mes amis en vrai !! »

Mila, 16 ans

« Dans cette période où tout est sens dessus-dessous, où nos enfants perdent leurs repères, leurs amis, leurs cours, leur train-train quotidien, quel soulagement de pouvoir au moins leur proposer ces petites parenthèses de normalité, ces oasis de danse. Mon fils ne raterait pour rien au monde les cours de Nadège… c’est comme une petite lumière… »

Maman de Paul, 12 ans

L’installation de Paul

« C’est inscrit dans mon agenda, qui est certes bien vide en ce moment, chaque mercredi et vendredi c’est une heure de modern jazz et de technique Horton. C’est devenu mon concentré ultra-vitaminé avec des ingrédients parfaits pour contre-attaquer la morosité ambiante du quotidien. On bouge, on transpire, on pousse les meubles, on se concentre, on rigole aussi ! Cela ne remplacera jamais la présence de Nadège mais garder ce lien humain à travers notre écran est une bouffée d’oxygène « contagieuse » (sens positif du terme), on imagine tout le monde en train de danser en même temps et ça ne peut que faire du bien. »

Romain

Nadège Cayron, son école et ses élèves sont trouvable sur la page Facebook de l’école, les live son sur le compte Instagram et toutes les informations sur son site web.

Faites comme Nadège et décrivez-nous votre confinement !