Aveyron. 237 000 masques et 3 500 flacons de gel hydroalcoolique par le Conseil départemental

Alors que l'Aveyron, comme le reste de la France, rentre dans sa quatrième semaine confinement, le Conseil départemental continue la gestion réorganisée de ses quelques 1 700 agents qui se partagent entre terrain, bureau et télétravail (environ 200). Son président, Jean-François Galliard, fait le point sur les avancées de la semaine. Notamment en termes de matériels de protection.

Jean-François Galliard lors de la cérémonie des vœux, jeudi 17 janvier. ©ADN12

« L’an dernier nous n’étions que 15 en télétravail ! » s’amuse Jean-François Galliard, qui en profite pour saluer ses agents sans qui de nombreux services ne pourraient fonctionner. « Tous les agents jouent le jeux, ils sont tous engagés, notamment dans le social alors que ce n’est pas forcément évident ». Car le confinement rend le travail des agents de la PMI et de la Protection de l’enfance plus difficile car les conditions de gestion familiale quotidienne sont « plus compliquées, tendues, ils doivent donc veiller d’autant plus ».

« Ce n’est pas parce qu’on vit tous la même chose qu’on n’est pas tous en tension : la France entière est en tension »

Les chantiers relancés

Si les chantiers de travaux routiers ont, en réalité, repris depuis quinze jours, ce sont dix chantiers d’envergure qui ont repris depuis hier. Parmi eux, le Chantier Rousseau sur la D911 allant de Rodez à Millau : un gros chantier de 2,5 millions d’euros de modernisation et de sécurisation. « On y va au rythme des entreprises et uniquement si on nous garantit que les conditions de sécurité sanitaire sont bien assurées » insiste le président. Pour s’en assurer, le département peut compter sur ses surveillants de chantier, ces agents « volontaires pour retourner faire leur travail ».

186 000 masques et plus à venir

Mais pendant cette période troublée, c’est le volet social que semble privilégier Jean-François Galliard : « Les publics sur lesquels on porte une attention particulière sont les personnes âgées, les personnes handicapées et la petite enfance. » Le Conseil départemental compte environ 60 référents pour les Ehpad et Ehpa (l’équivalent pour les personnes âgées valides et autonomes) de l’Aveyron.

« On veille sur eux »

Avec actuellement 10 Ehpad aveyronnais comprenant des cas recensés de Covid-19, pour Jean-François Galliard, le risque pour les personnes âgées confinées vient du personnel soignant : « Il faut donc protéger le personnel pour protéger les personnes âgées. » Pour se faire, le département, dans une commande groupée avec la Région a commandé 650 000 masques à destination de ces soignants, dont la distribution sera échelonnée dans le temps. Pour le moment, 186 000 d’entre eux arriveront en Aveyron d’ici la fin de semaine. « Ils sont arrivés à Toulouse, maintenant, il faut les distribuer entre départements en fonction des commandes. » Cerise sur le gâteau départemental, une autre commande de 51 000 masques est en cours : celle-ci, lancée uniquement par le département de l’Aveyron, provient d’une autre source.

3 500 flacons de gel hydroalcoolique sur une commande de 23 000

Bonne nouvelle aussi au niveau du gel hydroalcoolique : le département a passé une commande de 23 000 flacons de 250 ml chacun au laboratoire aveyronnais Nutergia, basé à Capdenac. La première livraison, entre 3 000 et 3 500 flacons, se fera grâce à la société de transport Geodis Aveyron Express.

«  Geodis Aveyron Express a bénévolement assuré le transport de ces flacons entre Nutergia et chacun des 23 établissements que l’on considérait comme prioritaires car n’ayant pas reçus de dotation de l’État : il y a des Ehpa, des petites unités de vie, des foyers de logements… »

 

Lunettes de protection, surblouses… autant de matériel qui peuvent sauver des vies. ©ADN12

Enfin, une commande de 20 000 équipements paramédicaux (surblouses, surchaussures, charlottes, lunettes, gants…) a aussi été passée par l’intermédiaire du groupement de commande régional. Là encore, le département s’est appuyé sur la Région car la concurrence est rude entre tous les territoires de France : « C’est difficile car tout le monde cherche à s’équiper » confirme Jean-François Galliard.

Mais ce dernier ne cache pas sa satisfaction devant les commandes qui arrivent enfin. « Après trois semaines de recherche de masques et de matériel, c’est là, ça arrive enfin : ça permet de démontrer que le département est un échelon de proximité très important, on démontre notre utilité. »

« Tenez bon, on fait tout notre possible ! »