Bosch. La CGT prête à reprendre le travail… mais uniquement pour fabriquer des masques

©ADN12

Alors que la reprise progressive du travail est toujours prévue pour mardi 14 avril prochain, la CGT s’y oppose toujours, et dénonce l’accord de groupe signé avec toutes les autres organisations syndicales.

« Si certains en doutaient encore, cette situation prouve que la direction défend ses intérêts financiers aux détriments de notre santé et de notre droit du travail.

L’accord de Groupe, garantit 100% du salaire pendant le chômage partiel dû à l’épidémie de coronavirus. Bosch n’a pas beaucoup à débourser, 84% étant payé par l’État, c’est à dire par nos impôts.

Cet accord, qui s’applique sur l’ensemble des sites Bosch en France, ouvre la voie à la dérèglementation du travail pour ce qui concerne la pose des congés au bon vouloir de la direction. La direction pourra nous imposer pendant cette épidémie jusqu’à 7 jours de congés, RTT, CET… alors que le confinement n’est pas des vacances. »

Communiqué CGT

Oui pour les masques, non pour les injecteurs

Le 6 avril dernier, une lettre avait été envoyée à Heiko Carrié, le Président de Bosch France/Bénélux, par l’organisation syndicale qui interpellait la direction sur le rôle de santé publique que pourrait jouer l’usine « pour améliorer le sort de nos concitoyens ».

« Au travers de sa fondation, le groupe n’a-t-il pas vocation à se soucier de la santé d’autrui ? »

D’où l’idée de fabriquer des masques et des tenues de protection à la population plutôt que des pièces de moteur. Après des semaines de lutte contre la direction qui souhaitait reprendre le travail en plein confinement national, la CGT s’annonce prête à reprendre l’activité, mais uniquement « pour fournir les protections nécessaires pour protéger et soigner la population et non pas pour fabriquer des injecteurs et des bougies alors que le marché mondial est à l’arrêt et dans le seul but de maintenir les profits de Bosch ».

La reprise toujours prévue pour le 14 avril

Alors que trois cas suspects de COVID-19 auraient été détectés parmi le personnel, les organisations syndicales se rejoignent sur le fait de ne pas reprendre le travail tant que le confinement durera. D’après la CGT, le médecin du travail préconiserait une généralisation des tests, émettrait des réserve dur la prise de température et « recommanderait une très grande vigilance pour les salariés qui vont reprendre le travail ». La suite du feuilleton Bosch mardi prochain…