Gages. Le parc animalier de Saint Hubert craint le contre-coup du confinement

Jean-Paul Olivier le sait bien, mars correspond habituellement au lancement de la saison estivale. Créateur du Saint Hubert, parc animalier situé à Gages près de Rodez, Jean-Paul Olivier, 60 ans, gère seul la propriété étendue sur 28 hectares de forêts et prairies. A la belle saison, il fait découvrir aux visiteurs, en roulotte, plus de 200 animaux de la faune sauvage… Mais cette année, crise sanitaire oblige, son activité s’annonce périlleuse…

Un printemps tronqué

Si nous étions dans une année ordinaire, le parc de Jean-Paul Olivier serait ouvert depuis le 15 mars. Un moment très important et très attendu pour faire marcher le business et faire profiter les visiteurs de la renaissance du printemps… mais « patatras », une crise sanitaire mondiale sans précédent vient compromettre la saison : « j’avais des réservations de groupe pour des visites animalières en roulotte, des personnes du troisième âge principalement, c’est naturellement annulé » regrette le propriétaire des lieux.

Jean-Paul Olivier et son fils Florent. ©ADN12

« J’avais mon carnet de commandes qui commençait à bien se remplir sur mi-mars, début avril, notamment des bus de 40-50 personnes qui avaient prévu de déjeuner à la ferme-auberge et de faire la visite du parc après… ». Un manque à gagner qui ne sera pas rattrapable selon lui, quelle que soit la situation à venir…

« Le printemps avec les naissances dans le parc, les repas de familles en juin-juillet et le brame du cerf en automne sont mes principales entrées d’argent. Du 15 mars au 15 mai, c’est donc un tiers des recettes de l’année en moins »

(Jean-Paul Olivier, propriétaire du parc animalier)

Bientôt (en juin), les faons viendront grandir le cheptel du parc… Les visiteurs seront-ils de retour ? DR

Sur la ferme auberge, depuis le début du confinement, il n’y a aucune activité. Aucune entrée d’argent mais toujours des frais, nous confirme Jean-Paul Olivier. « Aucune estimation de manque à gagner n’est possible pour l’instant. Pour les frais du parc, il me reste 15 jours de réserves de foin… Heureusement, on arrive à la saison où nous les nourrissons beaucoup moins, la nature s’en charge. A l’année, ce sont tout de même 60 tonnes de foin et 2 tonnes de céréales pour les sangliers, ce qui représente 7000 € de dépenses… ».

« Si les animaux passeront correctement le cap du confinement, hélas, le public sera privé du spectacle des naissances du printemps »

Depuis 30 ans, Jean-Paul Olivier, a l’expérience de la gestion d’un parc animalier, il fera tout pour passer ce confinement dans les meilleures conditions pour lui, sa famille et ses animaux…

Pratique

Pour tout savoir sur le parc animalier Saint-Hubert de Gages, rendez-vous sur son site internet. Téléphone : 05 65 42 67 73 – 06 83 46 55 95.

A lire aussi : notre article du 2 août 2019 sur le Parc du Saint-Hubert.

©ADN12