Bosch. La reprise une nouvelle fois reportée

L'activité de l'usine castonétoise a repris partiellement ce mardi 14 avril. ©ADN12

Est-ce la pression des syndicats, unis pour refuser le redémarrage de l’usine castonétoise, les avis négatifs rendus par la Médecine et l’Inspection du Travail, ou bien encore une prise de conscience de l’incongruité de la situation, toujours est-il que la Direction de Bosch a décidé de repousser une nouvelle fois la reprise.

« La santé a pris le pas sur le reste »

Il s’agit du troisième report depuis l’arrêt de la production le 17 mars dernier. Envisagée dans un premier temps le 24 mars, puis le 30 mars, puis le 6 avril, la reprise est à ce jour annoncée pour mardi 14 avril. De semaine en semaine, la Direction finit par se plier à l’analyse commune des organisations syndicales.

Des cas de Covid parmi les salariés ?

« C’est une bonne chose » salue Jacques Douziech, pour la CFE-CGC, « la sécurité doit être la première des priorités. Aujourd’hui les équipements ne sont pas présents et les postes de travail au sein de l’usine ne permettent pas de respecter la distanciation sociale nécessaire, alors même que le pic épidémique n’a pas été atteint ».

Selon le médecin de Travail qui intervient auprès des 1 300 salariés de l’usine castonétoise, trois cas suspects de Covid-19 aurait été détectés parmi le personnel. Si la Direction a précisé que la reprise de la production se ferait progressivement, en épargnant les personnes à risques et celles ayant leurs enfants en garde, difficile d’imaginer que la situation ait beaucoup évolué d’ici 10 jours…

« Il faut prendre le temps de voir comment évolue l’épidémie. C’est la recherche sur le virus qui sera déterminante pour envisager la reprise. Encore une fois, notre activité industrielle n’est pas essentielle dans le contexte actuel, le peu de commandes que l’on reçoit ne justifie pas une reprise prématurée de la production, et surtout, Bosch possède les stocks nécessaires pour y répondre ! »

(Jacques Douziech, CFE-CGC, Bosch, Onet)

Dans les prochains jours, la Direction de l’usine castonétoise a prévu d’envoyer un courrier à chaque salarié pour expliquer les modalités envisagées pour la reprise. De leur côté, les trois syndicats du site se disent attentifs : « si les conditions sanitaires ne sont pas réunies, nous resterons opposés au redémarrage de la production »…