Solidarissime : qui peut vous dépanner à Rodez ?

L'initiative a été lancée par la Jeune Chambre Economique de Rodez (ici sa présidente, Julie Peyrat). DR

On connaissait la plateforme régionale répertoriant les commerces de bouche ouverts à proximité de chez vous pendant la période de confinement, voici venue la nouvelle plateforme locale imaginée par la Jeune Chambre Economique de Rodez : Solidarissime.

Une énième plateforme ?

Sur cette nouvelle plateforme, la JCE de Rodez répertorie les commerces de proximité qui continuent à offrir leurs services pendant cette période. « Mais on a voulu être plus large et plus exhaustif que ce qui se fait jusqu’ici » précise Julie Peyrat, présidente de l’association ruthénoise, « on va au-delà de l’alimentaire en identifiant les services parfois oubliés ou difficiles à visualiser ».

Ainsi, aux côtés des bouchers et autres épiciers de proximité, on retrouve par exemple des garages automobiles (« qui continuent les dépannages notamment pour les véhicules de soignants »), des pharmacies, des opticiens ou encore l’UDSMA, qui assure les commandes de piles auditives…

A ce jour, une cinquantaine d’adresses figurent sur cette plateforme et les entrepreneurs peuvent continuer à s’y inscrire directement pour faire connaître leurs activités. « Nous avons pris nos listes de contacts et téléphoné à une centaine de commerces et services » explique Julie Peyrat, qui espère ainsi « mettre en valeur les commerces de proximité ».

Résultat : clients et usagers peuvent identifier rapidement les commerçants et les situer géographiquement à l’aide d’une carte interactive, comme cela se fait sur la plateforme régionale. « Les deux seront à terme reliées » précise d’ailleurs Julie Peyrat.

Soutenir le petit commerce

Pour mettre en oeuvre Solidarissime, les membres de la JCE ont repris le modèle initié par leurs homologues de Salon-de-Provence : « ils avaient créé ça avant le confinement pour soutenir les commerces de proximité. On a repris l’initiative qui avait tout son sens en cette période de confinement mais on espère surtout qu’elle perdurera dans le temps » avance la ruthénoise, qui le sait : « l’après confinement sera un gros enjeu économique ».

« Notre démarche a été appréciée par les entreprises car elles savent que ça va être très difficile de se relever de cette période délicate. Elles ont besoin de visibilité et j’espère qu’on pourra leur offrir ça, y compris après le confinement. On ne pouvait pas rester sans rien faire »

(Julie Peyrat, JCE Rodez)

Pour vous inscrire ou accéder à la plateforme, rendez-vous ici.