Aveyron. Pourquoi vos poubelles jaunes ne sont plus ramassées ?

Depuis ce lundi 23 mars, les poubelles jaunes des Aveyronnais ne sont plus ramassées. Etat des lieu du système de gestion des déchets dans nos contrées et explication de cette suspension de service par le SYDOM.

C’est officiel : depuis ce lundi, les Aveyronnais sont priés de garder leurs poubelles de recyclage jusqu’à la fin de la période de confinement. En accord avec la Préfecture, les collectivités locales et le SYDOM, la récupération, acheminement et gestion des déchets recyclables ont été suspendus. Même si des ramassages doivent encore avoir lieu aujourd’hui ou demain jeudi 26 mars dans certains quartiers de Rodez, à Onet ou Sainte-Radegonde (voir le calendrier des ramassages pour cette semaine dans le Grand Rodez), tous les habitants sont priés de ne plus sortir leurs poubelles jaunes.

Une suspension pour « préserver un maximum d’agents »

D’après Sandrine Hoarau, la directrice du SYDOM Aveyron qui s’occupe du transit et du traitement des déchets dans le département, la suspension est avant tout une mesure préventive pour anticiper le manque de personnel (les parents absents pour garder les enfants ou les personnes fragiles). L’idée est de « maintenir les effectifs et préserver un maximum d’agents en les laissant chez eux en repos et en les appelant au fur et à mesure des besoins »

« De cette manière il n’y a pas d’agents malades, pas d’absentéisme et nous continuons avec des services qui fonctionnent bien »

Pour la directrice, le SYDOM a favorisé la rotation d’équipes réduites pour maintenir la salubrité des rues sur le long terme : « nous faisons tourner les équipes par rotation hebdomadaire, ou tous les 15 jours, pour que chacun se repose et se mette en confinement ». Avec, comme priorité, le ramassage des poubelles noires.

« Certains adhérents de collecte ont remarqué plus de déchets ménagers ces derniers temps » soulève la directrice qui explique ce phénomènes par le grand nombre de personnes revenues se confiner dans leurs résidences secondaires, notamment dans le Nord-Aveyron.

Gardons nos poubelles jaunes chez nous

La consigne est donc de garder les poubelles jaunes chez nous, dans nos garages, jardins, balcons, cours d’immeuble : « C’est moins embêtant que les poubelles noires, les emballages ne se dégradent pas. Beaucoup de communes ne sont collectées qu’une fois par semaine ou tous les 15 jours, les habitants doivent déjà garder chez eux 2 ou 3 sacs ». Et bien sûr, quand on évoque les cas des familles nombreuses, ou des petits logements qui n’ont pas forcément la place pour des poubelles en plus, il n’y a pas de solution miracle et Sandrine Hoarau rappelle que cette mesure est aussi une manière d’affecter tous les moyens existants dans la collecte des déchets ménagers (sacs noirs) ou la collecte des hôpitaux et autres lieux prioritaires.

« Chacun doit prendre la mesure de ce qu’il y a à faire et aider à la préservation du service minimum des ordures. Les habitants vont le comprendre et bien réagir »

Des agents en première ligne

De leur côté, les agents ont fait part de leur inquiétude face au risque de contagion lié au ramassage des déchets, mais aussi au contact entre eux. « Ils sont inquiets au même titre que les caissiers dans les supermarchés, explique la directrice. Nous avons fait passer des consignes pour ne pas mettre les mouchoirs usagés dans les poubelles jaunes mais dans des sacs fermés et dans la poubelle noire. Mais comme partout, il y a un risque que les gens oublient : on rassure les agents en les équipant de gants et de masques, et avec des consignes strictes de lavage de main régulier. »

Dans les centres de tri, des mesures sanitaires supplémentaires ont été mises en place avec une distanciation nécessaire dans les vestiaires, les espaces communs, le réfectoire. « Nous faisons en sorte que les agents ne se croisent pas entre eux et nous avons adapté les gestes : les agents qui étaient face à face devant le tapis de tri sont en quinconce et décalés, et à une distance suffisante », explique Sandrine Hoarau. Car à Millau, le tri des poubelles jaunes continuera au moins jusqu’à la fin de la semaine, le temps de « vider le stock » des derniers déchets collectés. Quant aux agents spécialisés dans le tri des déchets recyclables, les valoristes, c’est Veolia qui gère le Centre de tri de Millau qui décidera du chômage partiel ou non.

Pendant cette période, le SYDOM encourage les habitants à continuer le tri de leurs déchets et à ne pas tout jeter dans la poubelle noire. Peut-être l’occasion de faire plus attention à ses achats et de diminuer les emballages ?