Aveyron. « Cette situation est très préoccupante pour nos entreprises »

Première semaine de confinement, premier bilan pour la CCI Aveyron et sa cellule de crise qui répond et accompagne les entreprises locales.

Dominique Costes, président de la CCI Aveyron. ©ADN12

Alors que débute la deuxième semaine de confinement national, les entreprises locales s’interrogent sur les dispositifs mobilisables pour les aider à rester à flots. Dominique Costes, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Aveyron, qui répond et aiguille ces entreprises, dresse le bilan de cette première semaine de crise…

Comment s’est passée cette première semaine à la CCI ?

Nous avons mis en place une cellule de crise avec 15 collaborateurs à temps plein qui sont à l’écoute et au service des entreprises pour répondre à toutes les sollicitations. La semaine dernière, nous avons eu 245 entreprises au téléphone sur des demandes d’accompagnement. Sur le site de la CCI et mais aussi sur le blog, nous avons eu 10 000 lecteurs venus chercher des éléments. Tous les soirs à 19h, nous avons une réunion de crise avec les 13 autres CCI d’Occitanie pour échanger. C’est de cette manière que le Préfet de l’Hérault a mis en place la mesure « un acheteur pour 20 m² » dans les grandes surfaces. Ce matin nous avons choisi de fonctionner à l’inverse : c’est nous qui rappelons les entreprises qui nous ont sollicité, ainsi que d’autres connues comme « fragiles » et on les contacte pour savoir ce dont elles pourraient avoir besoin.

Quelles sont les questions les plus fréquentes ?

La semaine dernière, on en a eu beaucoup sur la tenue des marchés avec des commerçants non sédentaires très inquiets. On l’a fait remonter à la Préfecture qui a fait un courrier à tous les maires, disant que les marchés devaient rester ouverts à condition de respecter les mesures sanitaires. On a aussi remonté le problème des personnes âgées qui ne pouvaient plus faire leurs courses car elles ne pouvaient plus payer en espèces : la Préfecture a fait un mail à tous les commerces pour qu’ils continuent à accepter les espèces.

Ceux qui n’ont plus du tout de rentrées d’argent doivent être très inquiets également ?

On a beaucoup de questions sur les loyers, les reports de charges, les emprunts : nous avons pris contact avec toutes les banques pour qu’on ait tous le même discours et qu’on donne les mêmes renseignements. Les banques sont également très très sollicitées et font elles-aussi la démarche de contacter leurs clients.

« Les entreprises peuvent bénéficier d’un report d’échéances gracieusement à taux zéro sur 6 mois »

Concernant le chômage partiel, c’est habituellement au niveau de la DIRECCTE Occitanie que ça se passe. Mais celle-ci étant surchargée, on prend le relais à la CCI pour faire les déclarations de chômage partiel et accompagner les entreprises pour remplir les formulaires.

Comment envisagez-vous la suite ?

C’est difficile à dire, on est dépendant des consignes nationales, on va faire comme on nous dit de faire. Et on va continuer à être mobilisé, à l’écoute et au service des entreprises aveyronnaises.