Week-end de repos pour les Ruthénoises, en raison des matchs internationaux. Une coupure qui arrive après deux matchs nuls. L’un contre Brest, à domicile, 1 partout, puis à Albi, 0-0 la semaine dernière. Il reste désormais 6 matchs aux Ruthénoises, avant la fin de saison. Des Rafettes, actuelles deuxièmes de leur poule, qui comptent désormais 12 points de retard sur le leader, Issy.

Mathieu, vous venez d’enchaîner deux matchs nuls. L’un contre Brest, l’autre à Albi. Deux matchs qui se ressemblent ?

Non, pas vraiment. Contre Brest, elles n’ont pas été dangereuses, et nous non plus. Alors, que contre Albi, on a eu du mal à se créer des occasions. Et on s’en sort plutôt pas mal car Déborah nous arrête un penalty.

Pourtant, lors du match aller, c’est une équipe que vous aviez dominée facilement, 6 à 1…

Elles ont rentré de nouvelles joueuses. Ce n’est pas du tout la même équipe. Même si ça reste une équipe à notre portée. On aurait pu faire quelque chose là-bas, remporter le match. Mais on a eu trop de mal à se créer des occasions. Ça a été un match engagé, avec une équipe complètement différente de celle que l’on avait affrontée à l’aller. Une équipe qui joue sa survie dans ce championnat.

Comment préparez-vous la réception de Montauban ?

La semaine a été difficile, en raison de la météo. On a quelques manques ces derniers temps. On se créé moins d’occasions, on a un petit souci du côté offensif. Il faut que l’on travaille là-dessus.

Est-ce que le fait d’avoir une semaine sans compétition est un avantage ou le contraire ?

Pas forcément. C’est une période compliquée. Il y a la météo, qui fait que ce n’est pas facile de s’entraîner. Et puis on a 12 points de retard sur Issy… Il faut réussir à rester motivé, et c’est un peu compliqué. Donc, c’est un peu logique que l’on tâtonne un peu ces derniers temps. Les joueuses, le staff, tout le monde accuse un peu le coup…

Les Ruthénoises retrouveront le chemin des terrains, dès dimanche. Au programme, la réception de Montauban, à Paul Lignon, à 14h30.