Viviez. Le combat continue contre le projet Solena

L'ADEBA contre le projet Solena
L'ADEBA poursuit son combat contre le projet Solena ©ADN12

L’association ADEBA ne désarme pas contre le projet d’implantation d’une usine de traitement des déchets Solena à Viviez.  Elle s’est récemment réunie pour aborder trois aspects qu’elles jugent « importants »l’arrêté préfectoral concernant le permis de construire déposé par Solena qui n’est toujours pas disponible sur la page internet de la préfecture, demandé par l’ADEBA, sans réponse à ce jour; la décision du SYDOM : qui vient de confier la délégation de service public concernant le traitement des déchets de l’Aveyron et au-delà à l’entreprise Solena; et la délibération du conseil syndical du SYDOM (liste des entreprises ayant postulé et les critères du choix de Solena à Viviez) toujours attendue par l’association.

ADEBA en appelle aux futurs élus

Depuis 2016, cette association s’est opposée au projet qui vise à faire du Bassin « le réceptacle des déchets dangereux et des ordures ménagères du département, voir des départements voisins ». Elle condamne par ailleurs le positionnement des élus locaux, qui soutiennent dans leur grande majorité le projet Solena.

« On déplore une absence totale d’information à destination de la population pour exposer les raisons du soutien des élus locaux à ce projet très impactant, par la menace qu’ils font peser tant au niveau sanitaire qu’environnemental, enlevant ainsi une attractivité aux actions menées en parallèle pour rendre le territoire du Bassin plus attractif »

(Le bureau de l’ADEBA)

Pour les membres de l’association ADEBA, le résultat des prochaines élections municipales aura « une forte influence sur la protection de l’environnement ». A l’occasion de ces élections, l’ADEBA invite donc les électeurs à distinguer parmi les listes de candidats, « celles dont les candidats soutiennent depuis quatre ans ces projets et celles qui s’engagent à s’y opposer ».

L’ADEBA informe qu’elle a mandaté un cabinet d’avocat pour déposer un recours contentieux à l’encontre de l’arrêté préfectoral de réouverture de l’ISDD (Installation de Stockage de Déchets Dangereux) Montplaisir. En parallèle, elle engagera des actions juridiques contre le projet Solena et éventuellement sur la délibération du SYDOM. Un combat de longue haleine s’annonce…