Rodez. Rassemblement pour les libertés syndicales et contre la réforme des retraites

@ADN12

Ce jeudi, à 15h les syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires appellent à rassemblement devant le palais de justice de Rodez « contre les répressions et pour la défense des libertés syndicales », et toujours pour demander le retrait de la réforme des retraites.

« Chaque année, la répression contre toute forme de contestation sociale est toujours plus dure et brutale. En effet, les différentes formes d’antisyndicalisme et les atteintes au droit de manifester, au droit de grève et d’actions syndicales ne cessent de se développer » lit-on en guise de préambule dans le tract distribué par la CGT.

« La bataille pour les libertés syndicales et collectives, contre la répression gouvernementale et patronale, est fondamentale pour de nouvelles conquêtes sociales »

Dénonçant notamment des violences policières lors de manifestations, « des interpellations et poursuites judiciaires abusives », « un arsenal législatif répressif » ou encore des discriminations contre des militants syndicaux , les quatre organisations veulent faire de cette nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites un « moment fort sur la thématique des libertés syndicales ».

Avec des requêtes qui peuvent paraître parfois fantaisistes… Ils réclament notamment : l’abrogation de la loi anti-casseurs ; l’arrêt des entraves administratives à la liberté de manifester ; le respect du droit de grève et la réduction voire la suppression du délai de préavis pour engager un mouvement de grève, ainsi que du service minimum dans les professions ou il n’y a pas de besoin vital ; l’arrêt des poursuites pénales et disciplinaires contre les militant-e-s dans le cadre d’actions de mobilisation ; l’amnistie pour toutes celles et ceux déjà condamné-e-s ou sanctionné-e-s ; des moyens suffisants données pour l’exercice syndical (temps syndical, locaux, Bourse du travail..) ; l’interdiction des armes de »guerre » (LBD, grenades..) lors des manifestations , la création d’un organe public indépendant de la police et de la gendarmerie pour enquêter sur les plaintes déposées suite à des violences des forces de l’ordre ; la mise en place immédiate d’une enquête parlementaire sur la gestion du maintien de l’ordre lors des mobilisations sociales…

Rien ne dit pour le moment si les avocats, eux-aussi en grève contre la réforme des retraites depuis maintenant deux mois, seront eux aussi de la partie…