Cyclo Motivés 12 met les candidats aux municipales face à leur responsabilité

La motivation de l'association Cyclo motivés 12 est d'interpeller les candidats aux municipales sur la gestion des cyclistes dans la ville.

Cyclo motives 12 : Patrick Fournier, Bernard Giraud et Dominique Treilles. ©ADN12

« Notre objectif est de représenter les usagers auprès des pouvoirs publics et des collectivités, explique Dominique Treille, un des six dirigeants de Cyclo Motivés 12. A ceux qui disent « on va faire », nous on dit : OK, c’est le moment de faire et de vous engager concrètement sur la liste de nos propositions ». Un message revendicatif sur les droits des usagers de la route et sur les devoirs des élus à répondre à la problématique de circulation en toute sécurité à vélo en zone urbaine.

Trois axes prioritaires

​​Née sur la base de l’Association Départementale pour la Défense et la Sécurité des Cyclistes Aveyronnais (l’ADDSCA) en avril 2018, l’association « Cyclo-Motivés 12 » regroupe soixante adhérents et une centaine de sympathisants dans le département. « L’association est constituée de citoyens usagers ayant des pratiques très diverses du vélo. Du compétiteur au déplacement travail /domicile, nous souhaitons promouvoir le vélo , dans toutes ses composantes : utilitaire, loisir, touristique ou sportif, comme un moyen de locomotion alternatif dans la chaîne de mobilité et dans la transition écologique » informe Dominique Treilles, l’un des six dirigeants de Cyclo motives 12 avec Carole Carriere, Daniel Siffray, Bernard Costes, Jean Philippe Pradel et Patrice Lemouzy.

« Notre action consiste à interpeller les élus et les collectivités pour leur rappeler les obligations légales mais aussi représenter les usagers et être force de propositions »

 

Membre du réseau de Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) et délégation départementale, association française des vélos routes et voies vertes (AF3V), l’association s’engage à défendre trois axes prioritaires :

  1. le développement des voies cyclables sur l’agglomération du grand Rodez
  2. la valorisation de l’ancienne voie ferrée Espalion/Bertholène et avec à terme l’objectif d’un raccordement avec Rodez
  3. la continuité de la véloroute de la vallée du lot, la D86

S’inviter dans les débats des municipales 2020

A l’occasion des municipales 2020, l’association va interroger au travers d’un questionnaire les candidats déclarés pour l’agglo de Rodez, Decazeville, Espalion et Millau, pour connaître leur position au regard des propositions en matière de mobilités douces, principalement vélos et piétons. « Le questionnaire est lancé, même si on attend encore de voir si, sur l’agglo, d’autres listes se présentent ».

« Tous les candidats parlent de mobilités douces, mais qui est prêt à s’engager sur nos propositions ? »

11 propositions que les candidats devrons cocher comme « pas prioritaire » ou « nous nous engageons »

  1. Adopter en début de mandat  (échéance fin 2020) un plan vélo concerté et financé (programmation budgétaire sur 5 ans), incluant un réseau cyclable complet en cohérence avec le schéma d’agglomération et le PDU (plan de déplacement urbain). Ce plan devra intégrer un budget d’investissement et un budget annuel alloué à l’entretien de l’existant…
  2. Nommer un.e élu.e référent.e en charge des mobilités douces et du pilotage du plan vélo en lien avec les techniciens et les associations d’usagers.
  3. Mettre en place un comité vélo régulier (au moins trois réunions annuelles entre élus, techniciens et associations d’usagers) traitant spécifiquement des questions liées aux problèmes d’aménagements cyclables et de sécurité des cyclistes.
  4. Développer un réseau cyclable en continuité et sans rupture permettant de rejoindre les principaux pôles d’attractivité et de fréquentation : gare, écoles, commerces, équipements sportifs et culturels…
  5. Prioriser sur les axes principaux les réseaux dédiés et sécurisés, c’est-à-dire séparés des piétons et des voitures (nota : la sécurité des cyclistes ne doit pas être sacrifiée sur l’autel du stationnement résidentiel sur la voie publique).
  6. Créer des connexions entre le réseau cyclable local et celui des communes voisines sur l’ensemble du territoire de la Communauté de Communes.
  7. Généraliser les doubles sens cyclables et les cédez-le-passage cycliste aux feux.
  8. Généraliser la limitation de vitesse sur les cœurs de ville à 20 km/h (zone de partage priorisant les piétons) en modifiant l’aménagement des rues pour rendre cette limitation effective (chicanes, ralentisseurs, suppression des trottoirs…) En cas d’impossibilité technique, prioriser les zones 30 km/h.
  9. Mettre en place une vraie signalétique vélo sur l’ensemble de la commune (panneaux verts logo vélo) avec indications kilométriques permettant d’identifier les itinéraires dédiés. Uniformiser les marquages au sol (bandes blanches avec picto vélo tous les 50 m).
  10. Implanter des parcs à vélos (budgétisés dans le cadre du plan vélo local) arceaux ou abris sécurisés, sur les principaux centres de regroupement : gare, écoles, commerces , équipements sportifs et culturels.
  11. Accompagner financièrement les opérations de sensibilisation ou de sécurité mises en place par les écoles et les associations locales autour du vélo et des mobilités douces.

« Les réponses au questionnaire de toutes les listes seront publiées sur les réseaux sociaux, début mars, avant le premier tour des élections »

 

Samedi 29 février : La première Vélorution de Rodez

Samedi 29 février, le rendez-vous est donné à 10h00 place d’Armes à Rodez pour une première Vélorution : armé de leur vélo, les citoyens sont invités à faire un tour de ville « dans la joie et la bonne humeur » pour sensibiliser les candidats aux municipales sur les mobilités douces et la place du vélo dans la ville de demain.

Au mois d’avril 2019, l’association a interrogé 500 personnes dont 70% étaient des non-usagers du vélo. 80% des personnes interrogées étaient prêtes à passer au vélo si les endroits étaient sécurisés. Suite à l’enquête, Cyclo motivés a fait des propositions sur le grand Rodez et Onet-le-Château de circuits, de pistes, d’aménagements…« L’idée est surtout de travailler sur du quotidien sur des parcours domicile-travail et l’accès au centre ville » précise Dominique treilles.

« Actuellement, tous les candidats se mobilisent : le vélo, l’écologie, c’est la mode, cela se met à toutes les sauces. Derrière on fait deux ou trois trucs, quelques pots de peinture au sol mais où est la vraie volonté de créer des aménagements sécurisés, de travailler sur du long terme ? »

 

Toutes les informations sont consultables sur le site internet des Cyclo Motivés ou sur leur page Facebook.