Viviez. L’industrie en manque de femmes

Ce jeudi 13 mars 2020, la signature d'un partenariat entre les associations Elles bougent et la Mecanic Vallée, à Viviez, a marqué la mise en place de démarches concrètes pour l'accès aux métiers techniques et scientifiques pour les femmes, au sein des entreprises du secteur de l'industrie et des hautes-technologies sur le territoire. 

Nathalie Dousset, Jean-François Chanut, Fanny Bellanger, Hervé Danton et Camille Esquierre - Partenariat Mecanic Vallée et Elles Bougent ©ADN12

Fondés sur un modèle patriarcal et des habitudes empreintes de stéréotypes et de biais cognitifs, les secteurs traditionnellement plus masculins comme le numérique, l’industrie, l’ingénierie, ou certaines PME-TPE, essayent depuis ces dernières années d’inverser la tendance.

En France, depuis 2014, le législateur oblige à mettre en place un plan d’action en faveur de la diversité et de la mixité des équipes au sein des entreprises. Mais force est de constater qu’aujourd’hui, les femmes ne sont que 22% dans les métiers de l’industrie en France (Chiffres UIMM). En Occitanie, le cluster Mecanic Vallée s’est penché sur la question : comment attirer ces femmes à des postes d’ingénieures ou de techniciennes sur un territoire quelque peu perturbé ?

Le recrutement, le nerf de la guerre

Le recrutement est devenu un enjeu majeur pour le développement des entreprises du territoire. Pour pallier cette problématique, Mecanic Vallée et ses partenaires ont déjà commencé des actions de découverte et de sensibilisation auprès de différents publics : scolaires, professionnel.le.s de l’orientation, CPE, enseignant.e.s et grand public, dans le but de faire connaître les formations et les métiers du territoire tout en mettant en avant ses entreprises. Reste encore à travailler sur la place des femmes dans l’industrie, le nouvel enjeux aux yeux de ces dirigeants. Un contre-pied somme toute positif pour ce bout de territoire, au vu du contexte que peut traverser l’entreprise SAM à Viviez.

C’est là que l’association Elles bougent entre en scène. Créée en 2005, l’association représente aujourd’hui 26 délégations partout dans le monde, avec 200 partenaires (Thalès, Airbus, EDF, etc.), et compte 5 400 marraines. « Toutes issues de milieux scientifiques ou technologiques traditionnellement masculins, elles agissent directement sur le terrain pour favoriser la mixité à tous les niveaux de l’organisation » précise Nathalie Dousset, déléguée de la région Midi-Pyrénées.

« Il est important de créer des conditions favorables à l’équilibre des genres et ainsi privilégier la diversité des talents au sein des entreprises, des institutions, des formations et des fédérations »

L’association travaille donc autour de trois axes :

  • encourager les talents féminins au sein des filières scientifiques et techniques en allant à leur rencontre dès le collège,
  • s’engager dans la lutte contre les stéréotypes des métiers techniques et scientifiques,
  • mettre en valeur le parcours de femmes ingénieures ou techniciennes dans ces différents métiers de l’industrie.

Pour cela, chaque année, l’association organise près de 400 événements dédiés dans toute la France : interventions dans les établissements scolaires, salon/forum étudiants, conférences, journées portes ouvertes en entreprise et autres événements insolites. Mecanic Vallée a donc souhaité proposer aux entreprises locales une collaboration avec cette association qui a déjà bien entamé sa réflexion sur la place des femmes dans ces milieux.

Un double engagement gagnant

Jean-François Chanut, Président de l’entreprise Ratier-Figeac et Président de Mecanic Vallée, insiste bien : « nous avons besoin d’une variété de salariés et la diversité dans nos équipes est fondamentale pour être innovant. »

Nathalie Dousset, Déléguée Midi-Pyrénées de l’association Elles Bougens et Jean-François Chanut, Président de Mecanic Vallée signent leur partenariat. ©ADN12

Le développement de l’accès des femmes aux métiers techniques et scientifiques dans les entreprises suppose d’aller plus loin que de belles promesses et de mettre en place des démarches concrètes. L‘association et le conglomérat d’entreprises ont donc signé un partenariat pour avancer dans ce sens. Objectif : travailler avec les institutions, les entreprises, les lycées et les collèges du territoire pour déconstruire les stéréotypes, susciter des vocations et créer des opportunités à destination des jeunes filles.

« Créer des ponts entre les entreprises du secteur industriel et les jeunes filles est primordial pour faire connaître davantage l’ensemble des métiers de l’industrie, telle est la démarche de ce partenariat. »

Jean-François Chanut

Diverses manifestations vont s’organiser tout au long de cette première année de partenariat : une table ronde en mixité est d’ores et déjà prévue à Figeac pendant la semaine consacrée à l’Industrie, courant mars.