Rodez. Une conférence pour remettre l’agriculture au cœur de la campagne

Mercredi 19 février, l'enseignant chercheur Julien Frayssignes donnera une conférence aux Archives départementales de Rodez à 20h30, pour parler de la place de l'agriculture au sein des évolutions des territoires ruraux.

Bernard Cazals, président du Groupe de Camboulazet et Anthony Quintard, Président des Jeunes Agriculteurs d'Aveyron. ©ADN12

Le mélange des générations a du bon. De leur propre aveu, c’est grâce à l’aide et au réseau du Groupe de Camboulazet que les Jeunes Agriculteurs ont pu proposer une conférence sur l’agriculture dans nos territoires.

Entraide intergénérationnelle

Le Groupe de Camboulazet est un groupe de réflexion autonome créé en 2001 par Raymond Lacombes, ancien président de la FNSEA, à partir du Think Tank Sol et Civilisation. Le Groupe de Camboulazet a pour but de rapprocher les agriculteurs et la société et avec son siège aujourd’hui à Paris, il s’est développé jusqu’à être présent sur tout le territoire national. Ses 35 adhérents actifs en Aveyron sont principalement des retraités du monde agricole. C’est pourquoi ils ont voulu « participer avec les jeunes pour organiser cette conférence », confirme Bernard Cazals, le président.

« Nous avons voulu mixer les générations. C’est un genre de travail en commun, et c’était important que les aînés soient là pour donner leur expérience. Il y a une expression qui dit que « les aînés sont des passeurs de mémoire », que je trouve très juste. »

Anthony Quintard, le président des JA

« On n’a pas pris en compte la richesse qu’apporte l’agriculture »

La grande question au centre de cette conférence sera : comment mettre en valeur l’agriculture dans nos territoires ? « Il y a près de 10 000 agriculteurs en Aveyron, c’est une véritable puissance économique, insiste le président des JA. Pendant cette conférence, nous allons présenter des actions qui ont eu lieu sur certains territoires ruraux. »

Car pour les JA, l’agriculture doit être remise en avant pour, à nouveau, faire rêver les jeunes et renouveler les générations. « Il y a 2 500 emplois salariés dans l’agriculture qu’on n’arrive pas à pourvoir. En Aveyron, y a 400 installations par an et d’ici 5 ans, 2 600 agriculteurs vont partir à la retraite : c’est un secteur porteur d’avenir pour plein de jeunes, avec un vrai besoin de nouveautés et de modernité. »

« Il faut présenter le métier d’agriculteur comme un métier d’avenir. »

Bernard Cazals, lui, compare les 1500 emplois de Bosch et le même nombre d’emplois agricoles sur le Ségala en regrettant « qu’on n’en parle pas beaucoup : le nombre d’agriculteurs baisse alors qu’on parle des emplois à Bosch. »

La campagne dans la campagne ?

« Nous voulons faire comprendre aux candidats l’enjeu de l’agriculture dans le volet économique : l’enjeu alimentaire, économique, écologique mais aussi touristique dans l’entretien des paysages et avec le développement de l’accueil dans les fermes » précise Anthony Quintard.

« L’agriculture est porteuse de débouchés et de solutions »

Quant aux candidats aux municipales, les deux présidents espèrent « qu’ils viendront à la conférence ! Il y a plein de petites actions à mettre en place. On attend des élus un rôle de facilitateurs, de modérateurs, plus que du financier. » L’appel est lancé.

Rendez-vous aux Archives départementales mercredi 19 février à 20h30 pour la conférence-débat. Entrée gratuite et ouverte à tous.