Lisa et Manon sur les routes aveyronnaises avec leur « salon à roulettes »

Lisa et Manon Mengual veulent recréer du lien social au cœur des villages aveyronnais. DR

Lisa et Manon Mengual : deux sœurs globe trotteuses qui ont choisi l’Aveyron, la terre de leur enfance, pour leurs prochaines vacances d’été. Objectif : sillonner les villages du nord-aveyronnais avec leur « Salon à Roulettes », un concept de bibliothèque ambulante qui veut « recréer du lien social là où autrefois il était très fort »…

Manon vit à Majorque, Lisa au Congo…

Lisa, 25 ans, et Manon, 22 ans, vivent à des milliers de kilomètres l’une de l’autre. La première travaille en Afrique sur la conservation de la nature, la cadette habite à Majorque, où elle mêle ses deux passions pour l’art et les langues régionales. Deux univers qu’elles ont voulu réunir autour d’un projet commun, au mois d’août, en Aveyron, « un territoire qui nous est cher car nous y avons passé une partie de notre enfance » explique Manon.

Au départ, les deux sœurs envisagent de s’engager dans une association locale à vocation environnementale ou sociale, mais elles décident finalement de lancer leur propre projet…

« Nous sommes parties du constat que le lien social se perdait de plus en plus, surtout d’une génération à l’autre. Nous avons voulu recréer ce lien qui existait autrefois au cœur des villages et profiter de cet espace pour transmettre une ouverture sur des thèmes qui nous sont chers : un monde plus juste, plus inclusif, plus respectueux de la biodiversité »

(Manon Mengual, 22 ans)

C’est comme ça qu’est née l’idée du « Salon à Roulettes », qu’elles achemineront du 1er au 8 août prochains dans les bourgs isolés du nord du département…

Un coin « douillet » au cœur du village

L’idée est de proposer un espace itinérant qui s’arrête dans les villages sélectionnés (Estaing, Entraygues, Le Nayrac et Sébazac) pour un moment de partage autour de la lecture, du conte, de la langue occitane et des grands enjeux de société. « On souhaite en faire un lieu de rencontre, de détente et d’enrichissement pour les personnes de tous âges, qui viendront lire, jouer et discuter » annoncent les deux sœurs Mengual.

Elles ont donc imaginé une remorque composée d’un espace bibliothèque, d’un coin jeux et chaises longues, et d’un espace « conte-jeunesse ». Dispositif qu’elles déplaceront chaque jour pour aller à la rencontre de nouveaux habitants, entre 15h et 20h.

« En tenant compte du nombre de km parcourus, du type de véhicule et de carburant, les déplacements émettront environ 170 kg de CO2. Afin de compenser ces émissions, nous souhaitons planter un arbre dans chaque village où le Salon à Roulettes s’arrêtera »

(Manon et Lisa Mengual)

Un projet dans l’air du temps, mêlant convictions sociales et vision environnementale qui devrait trouver oreille attentive. En attendant, les deux sœurs ont besoin de fonds pour financer leur projet, dont le coût est évalué à 3 500 euros.

Pour aider Manon et Lisa

Les deux sœurs ont décidé de frapper à toutes les portes pour collecter l’argent nécessaire à la mise en oeuvre de leur Salon à Roulettes : demandes de financements auprès du Conseil Départemental, des mairies visitées et partenariats liés pour des prêts de matériel. Mais elles comptent principalement sur l’appel à projets lancé par la Région Occitanie pour récolter le plus gros de l’enveloppe : « nous comptons beaucoup sur ça mais nous sommes prêtes à nous auto-financer et à mobiliser nos proches pour que le projet voit tout de même le jour… ».

Pour donner un coup de pouce à Manon et Lisa, il suffit de voter pour leur projet sur le site de la Région (par ici).