Luc-la-Primaube. Il casse la porte pour entrer chez sa compagne

DR

Le prévenu âgé de 31 ans a été présenté au Tribunal de Grande Instance de Rodez ce vendredi 07 février en procédure de comparution immédiate pour des faits de violence contre sa compagne en état d’ébriété en octobre 2019 et pour dégradation de bien en janvier dernier.

Réfugié algérien en attente du renouvellement de ses papiers, le prévenu a déjà été condamné en 2018 pour des faits de violence en état d’ébriété. Sorti de prison en juillet 2019, sa situation administrative s’est vue compliquée par sa demande de renouvellement de ses papiers. Sans papier, il se retrouve sans emploi et sans domicile fixe, logé chez sa compagne et chez des amis.

Ivre après une fête bien arrosée, le prévenu a cherché, en janvier dernier, à rentrer chez sa compagne. Trouvant porte close car cette dernière refusait de lui ouvrir, il a alors cassé la porte-fenêtre pour entrer. Il a été placé en détention à la maison d’arrêt de Rodez dans l’attente de son jugement. Sans adresse fixe, il a demandé ce vendredi à être gardé en détention afin de régulariser sa situation.

« J’ai pris conscience des faits en parlant avec les psychologues. Avant, je n’étais suivi par personne. »

Cette affaire avait déjà été renvoyée en janvier dernier, et elle le sera donc jusqu’à son jugement prévu le 21 février. Jugement qui, en cas de grève renouvelée des avocats de l’Aveyron, risque d’être renvoyé une troisième fois. D’ici là, le tribunal a ordonné le maintien en détention du prévenu, à sa propre demande.