L'intersyndicale, toujours en recherche de nouvelles actions pour continuer la lutte. ©ADN12

Ils étaient entre 120 (selon la police) et 220 (selon les syndicats) personnes à manifester ce jeudi 6 février à 17h devant l’hôpital de Rodez. Si cette action locale n’a pas attiré la foule des grands jours, il faut rappeler que des rassemblements ont eu lieu toute la journée un peu partout en Aveyron à Millau, Saint-Affrique, Decazeville, Villefranche… Mais tous les moyens sont bons pour redonner de l’énergie à la mobilisation. Aujourd’hui : le masque contre le « macronavirus », en référence au Coronavirus qui a pris la place de la réforme des retraites dans l’espace médiatique.

Le masque contre le macronavirus, une invention locale. ©ADN12

« Je suis rentré chez moi la semaine dernière et aux info je n’entendais parler que du coronavirus, coronavirus, coronavirus… ça m’a donné l’idée. J’ai vu que Charlie Hebdo avait aussi fait une une dessus mais on ne s’est pas copié, on a eu l’idée en même temps ! » plaisante Fabien Desse, syndiqué à la CGT FAPT (La Poste) qui a eu l’idée du masque et du slogan.

L’intersyndicale a donc manifesté à 17h, soutenue par les maintenant habituels Gilets Jaunes, membres du NPA et de la Confédération paysanne, pour un rassemblement et des prises de parole. La voix plus discrète des aides soignants s’est aussi faite entendre aujourd’hui via la secrétaire adjointe de la CGT de l’hôpital de Rodez, Djamila Mehamdia. Si celle-ci déplore une faible mobilisation chez les aides soignants pour qui il est déjà difficile de faire grève et de manifester, elle constate que « depuis 2018, les choses changent, le nombre de syndiqués à la CGT se développe ».

Rendez-vous dans quelques jours pour connaître les prochaines actions de l’intersyndicale qui continue à appeler à la mobilisation.