Millau. Qui est Jeremy Bismuth, le Millavois derrière l’Ami des lobbies ?

La chaîne YouTube l'Ami des lobbies, âgée d'à peine un an, compte déjà plus de 87 000 abonnés. Qui se cache derrière ces épisodes pleins d'ironie et qui utilisent l'humour noir pour faire passer un message écologiste ? Rencontre avec Jeremy Bismuth, créateur, auteur et réalisateur de cette petite perle de vulgarisation.

Le créateur Jérémy Bismuth accompagné de ses acteurs Hadi Rassi et Laura Flahaut. ©Ronan Lascar

Installé depuis trois ans dans un village à côté de Millau, Jeremy Bismuth, 34 ans, est né en banlieue parisienne. Mais tout est pardonné car sa famille maternelle est originaire de l’Aveyron, de ce même village où il a choisi de revenir s’installer avec sa compagne et sa fille. Après des études de cinéma, il se lance dans une carrière dans la photo et la vidéo événementielle et enchaîne les petits reportages à Paris. Pour avoir passé tous ses étés autour de Millau, il connaît bien la région et décide un jour de sauter le pas avec sa famille, pour « habiter au milieu de la nature et être dans un bel endroit ». Ne restait plus qu’à régler le problème du travail, ce qu’il a fait en se lançant en auto-entrepreneur… et vidéaste YouTube à ses heures perdues.

La série L’ami des lobbies présente de manière humoristique un personnage cynique et enjôleur (Hadi Rassi) qui défend les intérêts des lobbies, accompagné d’une scientifique (Laura Flahaut) qui appuie ses propos de chiffres et de schémas. Tous les épisodes sont écrits, filmés et réalisés par Jeremy Bismuth.

Comment vous est venue l’idée de la chaîne ?

Je cogitais depuis très longtemps à faire des petites vidéos sur ce sujet. Je fais de la photo et vidéo, c’est mon métier, mais je suis aussi passionné par la nature et donc intéressé par la protection de l’environnement : je voulais faire quelque chose avec ce que je savais faire (les images) sur ce sujet. Le concept s’est développé il y a deux ans quand je suis venu habiter en Aveyron : les paysages sont superbes et je voulais créer un contraste entre des personnages cyniques et insupportables, en costard, et ce décor.

Les tournages se font souvent en pleine nature. ©Ronan Lascar

Qui sont les deux acteurs principaux, l’ami des lobbies et la scientifique ?

Cette série, je voulais la faire avant de venir en Aveyron et je voulais que ce soit Hadi (Rassi, l’ami des lobbies NDLR) qui joue ce personnage : on s’était bien entendu et on avait déjà fait des courts métrages ensemble. Et puis j’ai déménagé, je pensais bien sûr faire travailler des gens du coin avant tout : du coup je suis allé à toutes les pièces de théâtre jouées par les troupes locales (et il y en a beaucoup !). Et puis j’ai vu une pièce de la Compagnie Création Éphémère : j’y ai rencontré Laura (Flahaut, la scientifique NDLR) qui avait une énergie de dingue et qui a tout de suite accepté de jouer pour la chaîne. J’ai aussi rencontré d’autres comédiens, mais soit ils ne voulaient pas, soient ils n’étaient pas disponibles. Du coup, demandé à Hadi de jouer le personnage et il a accepté. Il descend régulièrement depuis Paris en train jusqu’à Montpellier avant de prendre le car de Millau ! Pour rentabiliser ses venues, on tourne donc deux épisodes d’un seul coup quand il vient.

Comment vous financez-vous ?

La série est diffusée depuis un an (même si on a commencé à la développer bien avant) et au bout de quelques mois, la monétisation YouTube nous a rapportés environ 100€ par vidéo. Après hésitation, on a donc ouvert un compte Tipee pour que les gens qui le veulent puissent nous aider (actuellement à 180€ par mois NDLR). Nous sommes toujours en négatif mais ça permet de nous dépanner !

La question du financement est assez délicate : on ne voulait pas, justement, de conflit d’intérêts. Même si nous avons des difficultés de financement, on ne voulait pas passer pour des vendus en acceptant de l’argent de la part de marques ou d’entreprises. Mais on est actuellement en contact avec une société de production millavoise qui accepterait peut-être de financer la série. Je suis en train de monter des dossiers de financement, c’est en cours. Ça concernerait les épisodes produits cet été, et ça nous arrangerait beaucoup !

Comment se passe la réalisation des épisodes ?

On se réunit tous ensemble sur les thèmes intéressants à aborder et je m’occupe du travail de documentation et d’écriture. Mes sources sont variées : j’essaye de lire au moins un livre novateur ou qui fait référence dans le domaine et je passe des heures et des heures sur Internet pour éplucher les rapports officiels. Et quand c’est trop compliqué, je lis des articles de vulgarisation écrits par des journalistes spécialisés. Je mets systématiquement toutes mes sources dans la description YouTube de l’épisode et sur Facebook.

Même si tout est déjà écrit, j’ai deux supers comédiens qui ont des capacités d’improvisation géniales : la plupart du temps, ils me proposent des choses qui ne sont pas dans le scénario d’origine et c’est toujours génial.

La plupart du temps, le plateau se limite à deux personnes. ©Ronan Lascar

Pour la plupart des épisodes, on cherche un décor naturel. Seules exceptions : l’épisode sur la mode qui a été tourné dans les rues de Millau et celui sur la viande industrielle où on voulait des décors pas terribles. Celui-là a aussi été tourné à Millau, mais dans les rues moches ! Sinon, on cherche de beaux décors avec des déplacements faciles et qui fassent écho aux épisodes. Par exemple, celui sur la déforestation devait forcément se passer dans une forêt. On cherche dans un périmètre de 30 minutes de route maximum pour ne pas perdre de temps.

« Pour l’épisode sur les climatosceptiques, on voulait montrer une nature qui est là depuis des millions d’années, alors on a pensé au chaos de Montpellier-le-vieux. »

On est un noyau dur de trois personnes Laura Flahaut, Hadi Rassi et moi. Parfois, Ronand Lascar, un photographe de Rodez, vient prendre des photos du tournage. Quand on a besoin de figurants, les jeunes élèves de la Fabrick Théâtre, le lieu de la Compagnie Éphémère, viennent nous prêter main-forte et ils sont super contents !

Et pour la pâte à modeler, qui a tant de succès auprès des spectateurs ?

C’est ma fille Rachel de 12 ans qui fait la pâte à modeler ! Mais 90% du temps on est que deux sur le tournage. Au début, on était partis pour faire un épisode par mois et puis on s’est rendu compte qu’on n’arriverait pas à tenir ce rythme, donc on essaye d’en sortir tous les mois et demi.

Jeremy Bismuth, l’homme derrière la caméra. ©Ronan Lascar

Quelles sont les réactions que vous recevez ? Certaines épisodes comme celui sur la viande ont dû vous amener des mécontents ?

On a été très très agréablement surpris que ça plaise autant : quand on regarde les likes sur YouTube c’est encourageant ! Après oui, il y a toujours des rageux dans les commentaires. Seul soucis : on n’a pas de community manager pour répondre à tous les commentaires, on n’a pas le temps de tout voir. Pour l’épisode sur les climatosceptiques (sorti une semaine avant l’interview NDLR), on a déjà plus de 1 000 commentaires, c’est impossible de tout voir !

Bien sûr, certains sujets comme la viande, la chasse, les pesticides, nous ramènent des commentaires assassins, mais c’est le jeu. On ne peut pas avoir de sujets polémiques sans avoir des rageux. Et il y a pas mal de sujets « dangereux » en Aveyron : la viande, la chasse.

« C’est important que des thèmes comme ça soient traités en région et non pas à Paris ou dans les grandes villes. »

Là-bas, c’est devenu banal d’être végétarien ou vegan. Alors que dans les campagnes, il y a aussi plein de gens écolo, qui font gaffe à ne pas manger trop de viande et on ne les entend pas trop, ils se font discrets. Nous, on essaye de passer par l’humour ; pour les gens qui ne sont pas d’accord, l’humour ne change rien à leur avis de toute façon. Ce qui nous encourage, c’est de voir les likes, les pouces sur YouTube, qui nous permettent de voir le pourcentage de gens qui aiment : on en est à environ 90% !

Quels sont les prochains thèmes que vous allez traiter ? Et où ?

On aime bien garder la surprise sur les thèmes à venir… je peux juste dire que le prochain sera sur un type de chasse et qu’il a déjà été tourné sur le Causse noir. Et on a encore plein de thèmes à aborder et qui nous motivent !

Par ici pour jeter un oeil sur la chaîne YouTube, la page Facebook et la cagnotte Tipee de l’Ami des lobbies.