Municipales. « Le programme de Jean-Philippe Murat est démagogique et surréaliste ! »

Monique Bultel-Herment, Martine Bezombes et Sarah Vidal, les colistières de Christian Teyssèdre montent au créneau pour "rétablir la vérité des chiffres". @ADN12

« Grotesques », « démagogiques », « pas sérieuses », « surréalistes », « inquiétantes », « effets d’aubaine », « bobards »… les colistières de Christian Teyssèdre (Notre Parti c’est Rodez), Monique Bultel-Herment, Sarah Vidal et Monique Bezombes ne manquent pas d’adjectifs pour qualifier les dernières propositions économiques de leur concurrent au prochain scrutin municipal, Jean-Philippe Murat.

« On ne peut pas tout promettre ! »

En cause : les annonces du candidat(*) du Rassemblement Pour Rodez en matière d’économie et d’emploi, notamment des aides financières allouées pour des créations d’emploi ou encore aux nouveaux installés… « L’emploi ne fait pas partie des compétences communales » rétorque Monique Bultel-Herment, « la seule chose que l’on peut faire, c’est créer des conditions favorables à l’installation d’entreprises, et on le fait déjà ! ».

« On chiffre ses propositions à 22 millions d’euros ! C’est le montant de la dette qu’a laissée son mentor, Marc Censi, quand on est arrivé à la mairie de Rodez ! En un an à peine, il prévoit d’endetter la ville et d’anéantir la bonne gestion de nos mandats ! Et après, il va promettre quoi ? Un plein d’essence, un forfait de téléphone, des places à Disneyland ? »

(Monique B.-H., Sarah V., Martine B.)

Les trois élues municipales sortantes ont choisi de prendre la parole pour dénoncer des « propositions démagogiques » : « les ruthénois doivent savoir que la politique est une chose sérieuse et qu’il y a une cohérence à avoir ! Les promesses qu’il fait décrédibilisent l’action publique et ne sont pas tenables financièrement ! ».

Martine Bezombes et Sarah Vidal ont pris leur calculette pour chiffrer les annonces de Jean-Philippe Murat : « 7 000 euros par emploi créé, sachant qu’il y en a 800 par an, on dépasse les 5 millions d’euros ; 5 000 euros par famille installée, on est aussi à plus de 5 millions ; et enfin pour les aides aux billets d’avion, si on prend en compte les 60 000 passagers de l’aéroport de Rodez, on atteint les 12 millions d’euros ! ». 

Les trois élues l’assurent : le financement des propositions de Jean-Philippe Murat ne pourra se faire qu’avec une explosion de la dette et une hausse de la fiscalité, même si lui-même s’en défend, sans pour autant donner d’autres alternatives à la mise en oeuvre de son programme…

(*)« il veut créer pour les entreprises une aide de 7 000 € par an par nouvel emploi créé sur Rodez, 5 000 € d’aide aux familles pour l’installation et un pass mobilité avec la prise en charge de 50 % du montant du déplacement par avion pour la première année d’installation pour les entrepreneurs »