Ligue 2. « Je pense que c’est un championnat très relevé » (Bart Straalman)

Le Rodez Aveyron Football a enregistré une nouvelle recrue, Bart Straalman. A 23 ans, ce jeune joueur d'1m93, défenseur axial, arrive pour six mois au club. Interview...

Bart Straalman, nouvelle recrue du RAF. @ADN12

Que connaissez-vous de Rodez et du club ?

Eh bien. C’est une petite vile. À l’échelle de la France, bien sûr. On m’a dit que c’était un club familial. Tout le monde à été très sympa le premier jour, et encore aujourd’hui. C’est ce qu’on m’avait dit avant de venir ici. Maintenant que je suis arrivé, je découvre une ville très agréable. Une vieille ville française typique, qui correspond totalement à l’image de la France que l’on peut avoir depuis les Pays bas. C’est donc un très bon début.

« Je peux m’adapter très vite »

Pourquoi avoir choisi Rodez ?

Pour commencer, je pense que c’est un très bon championnat. Rodez m’a approché pour la saison, pour les aider à se maintenir. C’est une bonne chose pour le club, et une bonne opportunité pour moi de jouer à ce niveau. Pour ma venue, ce fut très rapide. Les discussions avec le club ont commencé il y a une semaine, ou quelque chose comme ça. Très rapide …

Qu’est-ce qui vous a convaincu de rejoindre le club ?

Comme je l’ai dit, c’est un bon championnat ! Mais aussi pour l’expérience. J’apprends le français, je pense qu’en tant que personne et pas seulement comme joueur, c’est enrichissant de partir à l’étranger. Voir une culture différente, tout apprendre du pays, du championnat.

Que savez-vous de l’équipe ?

Je ne suis là que depuis deux jours, j’essaye de tout apprendre, les noms, et autres… Mais c’est difficile. J’ai dû apprendre beaucoup de noms aujourd’hui, mais d’ici quelques semaines, je connaîtrai tout le monde. Les débuts sont toujours difficiles, vous ne connaissez personne, vous ne comprenez pas bien la langue. Mais comme je l’ai dit, d’ici une semaine ou deux, je peux m’adapter très vite, et tout deviendra plus facile.

« Je veux jouer dans les meilleurs clubs au monde »

Était-ce un rêve, ou est-ce pour votre carrière que vous jouez en France ?

En tant que footballeur, vous essayez toujours de jouer au plus haut niveau possible. Je savais que le niveau était bon en France, comparé à la deuxième division hollandaise par exemple. Pour le moment, c’est un bon niveau pour moi, et à partir de là, je voudrais monter encore, bien sûr. Pour un jour, jouer pour les meilleurs clubs du monde. Mais pour le moment, c’est une excellente étape.

Que pensez-vous de ce championnat ?

Je pense que c’est un championnat très relevé, vraiment physique comparé à la Hollande. En Hollande, on essaye de bien jouer. Maintenant, ayant joué en Norvège, puis ici, on peut voir de légères différences entre les clubs hollandais et étrangers. Aux Pays Bas, on essaye de faire des beaux matchs, quant à l’étranger, c’est d’abord une question de résultat. C’est, je pense la plus grosse différence. Bien sûr, on essaye de gagner les matchs en Hollande aussi, mais en jouant un bon football.

« Je suis bon dans les airs »

Quels sont vos points forts ?

Pour avoir joué longtemps en Hollande, je pense être à l’aise avec le ballon. Étant grand, je suis bon dans les airs. Dès que mon français sera meilleur, je pourrai être un leader de défense, je l’étais en Hollande. Je peux aider comme ça aussi.

Et les points faibles ?

Ce n’est jamais facile à dire à propos de soi ! Bien sûr, tout le monde à ses points faibles. Mon pied gauche pourrait être meilleur. Il y a toujours des détails qui peuvent être des forces ou des faiblesses. C’est dur à dire. Je ne suis pas le meilleur joueur du monde, bien sûr. Je ne suis pas Van Dijk par exemple ! Mais je vais donner le meilleur tous les jours, à tous les entraînements, pour m’améliorer.

Quelles sont vos premières impressions sur les joueurs et l’entraîneur ?

Comme je l’ai dit, les joueurs sont très sympas. Même si tout le monde ne parle pas bien anglais, ils essayent de me parler. Le coach essaye de m’expliquer ce qu’il attend de moi sur le terrain. C’est bien de s’entraîner tous les jours pour comprendre le plan de jeu et ce qu’ils attendent de moi. Tout le monde essaye vraiment de m’aider, c’est un super début !

Rodez joue avec cinq arrières. Avez-vous déjà joué dans cette configuration ?

Oui, on l’a fait une fois en Hollande. On était à la lutte en championnat, et nous sommes repassés à cinq défenseurs, car nous devions être meilleurs en défense. Donc oui, j’ai déjà joué à cinq derrière. En Norvège aussi en début de saison. C’est quelque chose que j’ai déjà fait, oui.