Rodez. 85 concurrents ont participé à la dictée occitane

Rodez, centre culturel départemental. Ce samedi 25 janvier, 85 passionnés de la langue occitane ont participé à la Dictada : une épreuve de dictée en occitan organisée par le Centre Culturel Occitan du Rouergue et Aveyron culture.

Avec les nouvelles générations, l'occitan a de beaux jours devant lui. ©ADN12

32 écoliers bilingues du CE1 au CM2, quinze collégiens, quatre lycéens, 17 adultes et 17 professeurs ou écrivains : ce sont au total 85 concurrents qui ont planché sur la dictée occitane ce samedi 25 janvier. Un moment traditionnel pour beaucoup d’entre eux qui se retrouvent chaque année pour cette « fête » de l’occitan.

La dictée pour les plus jeunes compte entre 20 mots et 44 mots, avec du vocabulaire issu du quotidien des enfants, le tout dicté et rédigé par Christian Andrieu, professeur d’occitan. Une excellente occasion de mettre en application et en valeur leur travail en classe bilingue occitan dans les écoles publiques ou à la Calandreta de Rodez.

Sur des lignes de Joan Bodon

La dictée a débuté sur des lignes de Joan Bodon, auteur aveyronnais né à Crespin en 1920 à côté de Naucelle dans l’Aveyron. Choisir ce texte, c’était l’occasion de lui rendre hommage pour le centenaire de sa naissance. Tant de collèges, d’écoles, de places portent son nom et il est l’un des écrivains aveyronnais les plus connus.

Un écrivain en occitan; dans cette langue que lui parlait sa mère, conteuse du Rouergue. C’est d’ailleurs celle-ci qui l’a introduit à l’univers imaginaire des contes traditionnels. Des contes qu’il mettra par écrit et dont on retrouve la saveur dans son œuvre. Sa maison natale à Crespin est devenue en 2010 l’Ostal Joan Bodon, centre culturel à la fois musée, centre d’expositions et lieu de spectacles consacré à son œuvre et, plus largement, à la culture occitanophone.

La dictée 2020 est d’ailleurs tirée des « contes del meu ostal ». Le texte lu par Christian Andrieu compte entre 133 et 230 mots selon les catégories et fait partie des premières pages . Il nous raconte d’ailleurs l’histoire de « l’ostal » en quelques mots avant la dictée.

« Es alara que se bastiguèt lo meu ostal… »

« C’est une maison construite en 1798, selon les inscriptions à l’entrée. Une maison protégée à sa manière par chacun des occupants »

 

Le maître de la maison, « lo pagès » fit graver au-dessus de la porte «  an VII République ». Sa femme, « la pagèsa », fit bénir la maison par un prêtre réfractaire. Le père du pagès, lui, croyait aux sorciers et accrocha sur le toit une bouteille de verre noir de sorcellerie pour protéger « l’ostal. » Et le fils du pages ramena une pendule avec des aigles, symboles de l’Empire de ses guerres napoléoniennes.

L’occitan, « Une langue vieille qui ne veut pas se taire ». ©ADN12

Mais malgré ces protections de tous bords, la maison tomba en ruines et Jean Boudou, dans ce texte, fait le parallèle entre sa maison et la langue occitane.

Jean-Louis Courtial et son accordéon ©ADN12

En espérant que les deux soient re-bâtis. Un diaporama nous montre alors l’état de la maison de Jean Boudou avant sa restauration en musée.

 

Les organisateurs ont ensuite pris le stylo rouge et les copies de toutes les couleurs. Pendant ce temps, Jean-Louis Courtial a enchanté petits et grands avec quelques notes d’accordéon chromatique, et des chansons pour enfants comme « Lo cat estira la pata » mais aussi des chansons sur la langue occitane comme « Grand-paire », qui évoque « une lenga vielha que se vòl pas calar… ».

27 lauréats

Enfin, vers 17h30, Colette Scudier d’Aveyron Culture a remis les prix aux meilleurs en orthographe et des récompenses : sacs rouges et jaunes à la croix occitane, trousses, clé USB, CD de La mal coiffée ou de Jean-Louis Courtial, DVD en occitan, livres Los omes pichons ou Capaironet, abonnements à des revues occitanes Patrimòni, lo Diari, l’Esquilon.

« Deman, caldrà tornar bastir…» : ces mots de la dictée traduisaient l’espoir de Jean Boudou de voir ses œuvres lues par « les fils de sa terre » et sa langue « refleurir ». En 2020, à voir tous ces jeunes et moins jeunes se réunir autour de ses mots a de quoi le rassurer… Comme son « ostal », la langue occitane retrouve ses couleurs.

Résultats

Des lauréats de tous les âges ©ADN12

Catégorie élèves de CE1-CE2

  • quatrièmes : Louis Edwards et Mila Escandes
  • troisième : Tiziano Pettinari
  • deuxième : Elin Fraysse
  • première: Lucile Vialettes

Catégorie élèves de CM1-CM2

  • cinquième : Rosalie Pradalier
  • quatrième : Erwan Geniez
  • troisième:Jules Edwards
  • deuxième : Isore Jourda
  • première : Laurine Vialettes

Catégorie collégiens bilingues

  • cinquième : Tom Souyris
  • quatrième : Lisa Barriendos
  • troisième : Marylou Marche
  • deuxième : Lilou Gaillac
  • première : Malika Panel-Briand

Catégorie collégiens à option

Premier : Célian Augé

Catégorie lycéens

  • quatrième : Léonie Augé
  • troisième : Wilfried Moissan
  • deuxième : Yanis Ruelle
  • premier : Sylvan Courtiol

Catégorie adultes

  • quatrième : Claude Rousset
  • troisième : Jean-Marc Rabier
  • deuxième : Anne-Marie Marc
  • première : Danièle Garrigues

Catégorie Ecrivains et professeurs

  • troisième : Régine Rigal
  • deuxième : Camille Rousset
  • première : Herminie Delperié