152 kg de cannabis dans des palettes d’oranges : prison ferme pour les deux chauffeurs espagnols

Les deux chauffeurs espagnols avaient été arrêtés au péage de Millau en décembre. @Douanes_Millau

Ils avaient été arrêtés le 15 décembre dernier, aux alentours de minuit, au péage de Millau avec 152 kilos d’herbe de cannabis dissimulés dans leur camion chargé de palettes d’oranges. Les deux chauffeurs espagnols ont été condamnés ce vendredi 24 janvier par le tribunal correctionnel de Rodez.

« Une affaire tristement classique »

Les deux hommes présentés aux juges ruthénois ce vendredi sont espagnols et assistés d’une traductrice. Deux pères de familles, de 38 et 51 ans, qui travaillent depuis toujours en tant que chauffeurs routiers. Ce trajet du mois de décembre devait les faire rallier Rotterdam depuis le sud-est de l’Espagne, avec une cargaison d’oranges.

Tous deux décrivent leur surprise devant la découverte des douaniers millavois : « on nous a confié le 38 Tonnes déjà chargé… nous ignorions qu’il y avait de la drogue parmi les oranges. Je ne vérifie que deux choses : l’arrière du camion et la température de l’habitacle » se défend le plus âgé.

« L’A75, l’autoroute de la drogue »

« Je n’y crois pas » a rétorqué le procureur de la République, « c’est une affaire tristement classique, les arguments toujours les mêmes : on ne vérifie pas le chargement, on est de bons pères de familles mais la réalité, c’est que ce sont deux transporteurs professionnels qui connaissent leurs obligations et qui sont responsables de leur marchandise ! ».

« 152 kilos d’herbe conditionnés en 130 paquets, ça représente une masse importante, qu’ils ne pouvaient ignorer ! Les douaniers ont tout de suite vu ces sacs ! »

(Fanny Moles, procureur de la République)

La multiplication des saisies de drogues sur l’A75 en provenance d’Espagne ces derniers temps aurait également du les rendre plus consciencieux selon elle. Assez de preuves selon elle pour requérir 4 à 5 ans de prison ferme…

Des « victimes » de trafiquants ?

Des réquisitions qui ont fait bondir l’avocat d’un des deux accusés, Maitre Luc Febbraro, du barreau d’Aix-en-Provence, qui a plaidé la relaxe pour son client, selon lui injustement pris dans un trafic qui le dépasse…

« Ce ne sont pas des voyous mais de la chair à canon judiciaire ! Vous pouvez tripler les peines, ça ne changera rien au cynisme de ces affaires ! Les vrais trafiquants enrôlent des pauvres types, pour servir de mules et on ne s’attaque pas aux vrais coupables, par exemple à celui qui a chargé le camion… »

(Maitre Luc Febbraro, avocat de la défense)

Selon cet avocat « dans le comportement des accusés, tout prouve qu’ils ne mentent pas et qu’ils sont innocents ». Il pointe également le problème de collaboration franco-espagnol pour enquêter sur les vrais suspects, désignés pourtant nommément dans cette affaire…

Maintien en détention

La justice a finalement tranché en faveur d’une culpabilité des deux chauffeurs espagnols : le plus jeune est condamné à 12 mois de prison, le plus vieux à 18 mois. Ils devront également s’acquitter ensemble d’une amende douanière de 5 000 euros.