Rodez. Le peintre de street art Gum s’invite au lycée Foch

L'artiste montpelliérain Gum était de passage au lycée Foch pour une session atelier et expo avec les élèves de 1ere.

L'artiste Gum de passage au lycée Foch pour un atelier-expo avec les élèves de 1ere. ©ADN12

Le street art monte en flèche et l’Aveyron n’échappe pas à la règle. Les élèves de 1ere spécialité Art du lycée Foch en ont été les heureux acteurs en recevant ce jeudi après-midi l’artiste peintre Gum pour un cours très particulier puisqu’ils ont pu se réapproprier son univers pour, ensuite, créer et exposer dans la salle polyvalente du lycée pour une exposition qui durera jusqu’au 28 février.

Reprise de l’univers de Gum par les élèves de Foch qui exposent aux côtés des toiles de l’artiste. ©ADN12

Qui est Gum ?

Gum définit son travail avec deux lignes directrices : le sexe (mais le sexe « gentil, drôle, coloré, pas vulgaire ») et le plastique « au propre comme au figuré : le plastique des jouets, celui qui pollue, celui qui brille, mais aussi la plastique extérieure ». Ce qui donne à son travail un côté bubble-gum, cartoon, léger, coloré au premier abord, avant de regarder de plus près et de discerner un message politique discret qui donne à ses toiles et à ses personnages un côté transgressif.

L’artiste a l’habitude d’intervenir dans les classe des établissements scolaires. ©ADN12

Et la transgression, Gum connait : « J’ai commencé en étant graffeur, je tagguais sur les murs, sur les trains, j’étais poursuivi par les flics, je me suis retrouvé plusieurs fois en garde à vue, mais je n’ai jamais rien avoué ! » précise-t-il en riant. Ses deux grandes références sont les films Idiocratie de Mike Judge et Fight Club de David Fincher : deux chefs-d’oeuvre pop, ironique et violents sur la décadence de l’humanité qui tombe peu à peu dans la bêtise ou la violence. « Les deux films disent des choses très fortes sur notre société. »

Lassé de la rue, de sa dimension illégale et éphémère, il va troquer les murs contre des toiles où il peindra « d’abord pour décorer ma chambre », avant d’être repéré pour accrocher ses toiles dans des salons de thé ou des golfs, avant de trouver des acheteurs pour ses toiles et d’exposer dans des galeries. Après avoir tenté sans succès par trois fois de rentrer aux Beaux-Arts, il savourera sa revanche en 2005, lorsqu’il sera lauréat de la Biennale de Naples des jeunes créateurs d’Europe.

« Je me considérais comme graffeur, pas comme peintre. Peindre sur des toiles m’a donné la reconnaissance que je cherchais. »

Un atelier pour s’essayer à la technique de la bombe

Gum a été invité par la dynamique professeur d’arts plastiques Adeline Myotte, comme intervenant pour initier les élèves à la technique de la bombe. « Il y a derrière une vraie initiative pour faire parler aux jeunes des street artistes, mais aussi leur montrer qu’avec l’art on peut s’amuser, on peut tout faire, il ne faut pas se restreindre. »

Les élèves n’ont pas été timides et se sont vite lancés dans la fabrication de leur pochoirs. ©ADN12

Une quizaine d’élèves a donc travaillé avant l’arrivée de l’artiste aussi bien qu’en sa présence, pour monter l’exposition autour de l’univers pop et ironique de Gum. Ces élèves qui étaient déjà intéressés par le street art comme à toutes les formes d’art ont donc été initiés à la technique du pochoir, mais aussi de la peinture à la bombe à main levée.

Une expo commune

Les élèves devant leur fresque, accompagnés par leur professeur et l’artiste Gum. ©DR

Dragon Ball Z, Hulk, Bob l’Eponge, Mr Patate, les Lapin Crétins… ses œuvres étant elles-mêmes inspirées de la pop-culture, Gum est tout à fait pour que les artistes en herbe se réapproprient ses personnages. « On remache, on remastique, on reprend. Il faut que les œuvres vivent ! » résume-t-il, tout sourire.

« C’est génial de les voir travailler, ça me rappelle mon lycée ! »

Les travaux des élèves de 1ere spécialité Art du lycée Foch sont à suivre sur leur compte Instagram :

Expo Gum s’invite au lycée Foch, jusqu’au 28 février dans la salle polyvalente du lycée Foch. Entrée libre et gratuite, de 8h à 18h, ouvert à tous, sonnez pour entrer.