Les Compagnons du Devoir vus par Aymerick Gautreau, tailleur de pierres

Aymerick Gautreau , compagnon tailleur de pierre en compagnie du prévôt Ruben Van Renterghem. @ADN12

Les Compagnons du Devoir ouvrent leurs portes les 17, 18 et 19 janvier. Pour tous ceux qui souhaitent faire le Tour de France, partir à l’international, apprendre un savoir-faire inimitable, vivre une expérience riche en rencontres et en valeurs humaines, c’est une immersion dans la sphère du compagnonnage qui vous attend…

« Aux Compagnons, on nous donne des responsabilités »

90 % des jeunes ont un emploi à l’issu du Tour de France, 17 000 partent chaque année vivre une expérience internationale… alors pourquoi pas vous ? Aymerick Gautreau, dit Nantais, Compagnon tailleur de pierres, vous accompagne dans une aventure unique en son genre.

Aymerick, quand avez vous commencé le compagnonnage ?

En juin 2011, j’étais en troisième. Je souhaitais une orientation vers la voie professionnelle, les métiers de maçon et de tailleur de pierres m’attiraient. J’avais déjà fait des stages de découvertes qui m’avaient confirmé que j’étais fait pour ça. Mon maître de stage m’avait dit qu’il me prendrait si j’intégrais les Compagnons. J’ai sauté le pas et j’ai intégré le CFA de Saumur comme interne à la maison des Compagnons. J’ai passé un CAP de tailleur de pierres. J’étais six semaines en stage dans l’entreprise et deux semaines en formation.

Qu’est ce que t’a apporté cette expérience ?

Aux Compagnons, on nous donne des responsabilités, on nous incite à entreprendre. Les plus anciens sont toujours là pour soutenir les plus jeunes dans leurs interrogations et leurs projets. Cette expérience m’a fait grandir professionnellement et humainement. La vie en communauté, ce sont des moments inoubliables qui restent gravés dans nos têtes pour toute notre vie. Le Tour de France et le séjour obligatoire à l’étranger ont fait de nous des véritables globe-trotters. C’est une ouverture d’esprit et une adaptabilité à toutes épreuves en situation professionnelle qu’aucune formation n’aurait pu nous donner.

La maison des Compagnons à Rodez. @Les compagnons-du-devoir

Qu’est ce qui t’a marqué au niveau humain ?

Les Compagnons c’est l’antithèse de la société individualiste. A partir du moment où vous devenez en des leurs, vous n’êtes plus jamais seul. Il y a une solidarité sans commune mesure. Les anciens aident les jeunes à se former sous la forme d’un tutorat pédagogique professionnel. Quand vous rentrez dans une maison des Compagnons, vous rentrez à la maison vous savez que si vous avez un problème vous aurez toujours du soutien.

« Une richesse technique acquise aux quatre coins de France »

Qu’est ce qui t’a marqué au niveau professionnel ?

Je crois que ce qui m’a vraiment marqué c’est cette richesse que j’ai acquise après tous ces séjours aux quatre coins de France et en Australie. Chaque région a ses outils et spécificités pour travailler la pierre, cela nous permet d’être plus efficients et créatifs dans notre travail. Toutes ces expériences ont fait de nous des véritables bibliothèques de connaissances. Être Compagnon, c’est acquérir un savoir-faire mais c’est aussi apprendre un savoir-être, notre attitude doit servir de modèle aux plus jeunes par notre investissement, notre sérieux et notre disponibilité pour les autres. On espère que ceux qui vont passer après nous feront la même chose, on veut laisser une empreinte qui fait la marque de fabrique des Compagnons.

Quels sont tes projets ?

J’ai déjà obtenu un CAP et un BP tailleur de pierres, je me suis lancé cette année dans un brevet technique de maîtrise supérieur de la même spécialité pour boucler la boucle. Après les Compagnons, je crois que je vais avoir des difficultés à me poser. Cette vie de nomade m’a séduit et a attisé ma soif de découvertes. Je compte partir à l’étranger pour travailler et apprendre encore.

Pour finir Aymerick, que voulez-vous ajouter ?

Si c’était à refaire je signerai les yeux fermés, c’est une expérience singulière qui dépasse l’imagination. Je pourrai vraiment dire que j’ai vécu et ne rien regretter, ce foisonnement de rencontres et de savoirs ont fait de moi un homme accompli. Je serai là pour les journées portes ouvertes les 17, 18 et 19 janvier, pour animer un atelier sur l’international, j’encourage tous ceux qui sont intéressés à venir nous rencontrer pour un fabuleux voyage dans l’univers des Compagnons.

La journée de ce vendredi est réservée aux élèves des établissements scolaires du ruthénois. Les samedi et dimanche, les Compagnons accueilleront le tout public pour une présentation de la maison des Compagnons et de son fonctionnement. Il y aura un point convivial avec café, thé, croissants, crêpes. Plusieurs ateliers animés par les Compagnons permettront d’initier les néophytes et les curieux !

Les journées portes ouvertes des Compagnons, un moment à ne pas manquer ! (@Les Compagnons-du-devoir)

Pour plus de renseignements, c’est par ici.