Rallye Dakar 2020, étape 9. Les Aveyronnais continuent de monter

Le moral est toujours au top avec le dossard 33 ©Facebook Loïc Minaudier

Wadi Al Dawasir – Haradh. 886 km en tout dont  477 km de spéciale dans le « Empty Quarter » : un des plus grands déserts du monde avec des sols en majorité durs et cassants qui nécessitaient une grande prudence.

« On peut dire que la spéciale offrait une première partie très technique avec des pistes sinueuses et que ce genre de terrain joue plutôt en ma faveur, c’était un vrai plaisir de rouler sur ces 200 km. Ensuite, du km 200 au km 400, on était clairement sur de la vitesse avec des plateaux rapides.

Personnellement, je regrette qu’il n’y ait pas de navigation plus complexe, plus recherchée, car c’est vraiment une partie intéressante du Rally Raid. »

Loïc Minaudier

Pour Loïc Minaudier (dossard n°33), côté santé, ce n’est pas encore ça : sa blessure aux côtes le fait encore souffrir et « au niveau du pied, on continue le drainage pour soulager le bleu. Je commence à avoir moins mal mais c’est pas encore la grande forme » précise le pilote saint-affricain. Malgré tout, ces petites déconvenues ne lui ont rien fait perdre de sa gagne puisqu’il monte encore en se plaçant en 35e position de l’étape, et arrive 31e au classement général, grimpant ainsi une place.

Belle remontée aussi pour l’Espalionais Florent Vayssade (dossard n°69), qui arrive 39e de l’étape et gagne encore une place au classement général Moto en arrivant 38e. Il remonte aussi au classement sans assistance Général By Motul, et se retrouve troisième.

Quatre places de gagnées aussi pour le Ruthénois Lionel Costes (dossard n°107), qui finit la journée 67e de la course et remonte à la 58e place du général.

Au classement auto, Jean-Rémy Bergouhne (n°350) finit encore une fois 18e de la course et remonte en 20e position au classement général, gagnant encore deux places.

L’étape 10 Haradh – Shubaytah promet d’être une étape marathon de 608 km : avec une première partie de hors-piste dans l’impitoyable « Empty Quarter », puis les 30 derniers kilomètres tracés uniquement dans les dunes, les pilotes et leurs équipages devront faire preuve d’une grande endurance.