Aveyron. La Confédération paysanne appelle aux dons alimentaires pour soutenir la grève

Les porte-paroles l'avaient annoncé lors de la dernière manifestation, la Confédération paysanne encourage le mouvement de grève contre la réforme des retraites via la distribution de denrées alimentaires un peu partout dans l'Aveyron...

La Confédération paysanne appelle à la convergence des luttes. ©ADN12

La lutte s’organise chez les syndicats, bien décidés à faire retirer la réforme des retraites, quitte à faire durer le mouvement… Et pour tenir, tout en endurant les pertes financières des journées de grève, ils peuvent compter sur la solidarité de la Confédération Paysanne, qui leur distribue des denrées alimentaires…

Suite à l’appel aux dons lancé par la Confédération Paysanne, des agriculteurs de plus en plus nombreux et pas forcément syndiqués font parvenir canard et porc transformés, légumes ou farines. Le syndicat distribue ensuite les denrées dans chaque comité local qui s’occupe de la répartition. « C’est une manière pour eux de soutenir le mouvement car ce n’est pas pertinent d’être en grève quand on est paysan, ça ne sert pas le combat de couler sa ferme » affirme Théo Boutrelle, maraîcher et co-porte-parole de la Confédération.

« C’est aussi une façon d’être solidaire avec le reste de la population : les hôpitaux, les transports, les retraités »

La Conf’ vent debout contre la réforme des retraites

Theo Boutrelle, co-porte-parole de la Confédération Paysanne. ©ADN12

Depuis les toutes premières manifestations contre la réforme des retraites, on a vu flotter les drapeaux de la Confédération Paysanne parmi ceux de FO ou de la CGT. Avec pour revendication une retraite à 85% du SMIC car « l’annonce de la retraite à 1 000 € présentée en 2003 est fausse : si elle a bien été appliquée pour les salariés, elle a été différée pour les paysans, c’est de la manipulation » martèle Jean-Marie Roux, secrétaire départemental.

Devant la précarisation des retraités agricoles, les représentants de la Confédération Paysanne affirment que les exploitants n’ont que deux choix : vendre leur ferme, de préférence au prix le plus haut, donc aux plus grosses exploitations qui continuent alors de grandir. Ou alors continuer de travailler. Dans tous les cas, « c’est un frein à l’installation : on touche plus en revendant ou en continuant à travailler qu’en accompagnant un jeune à la reprise » affirme Jean-Marie Roux, secrétaire départemental.

Les petites ferme délaissées par l’État

Ce qui amènent les représentants de la Confédération à rappeler une de leurs exigences principales : l’aide de l’État aux petites fermes.

« Proportionnellement, plus les structures agricoles sont grosses, moins elles payent de cotisations. Comment voulez-vous qu’un jeune qui veut s’installer s’en sorte ? »

La Confédération paysanne qui dit compter dans ses rangs un quart des exploitants d’Aveyron (environ 400 personnes) a donc fait passer une motion à la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron, encourageant l’État à une politique d’installation ambitieuse et à ce que les petites exploitations bénéficient d’un soutien en ce qu’elles sont « créatrices de richesses pour les régions par la diversité des productions et le maintien des savoirs-faire et savoirs-être appréciés par les consommateurs et les citoyens en général ». Cette motion a été refusée par la Chambre de d’Agriculture Départementale, dont la majorité des sièges est détenue par le syndicat FDSEA.

Une distribution de denrées alimentaires est prévue à Capdenac et à la gare de Rodez jeudi 16 janvier à 12h, (celle de Millau étant encore à organiser). Les caisses de grève qui fleurissent un peu partout sur les sites de cagnotte en ligne sont aussi une solution pour ceux qui ne peuvent participer au mouvement de grève. La collecte de la soupe populaire et de la projection de film organisées à Millau ont permis de rajouter 1 500 € à la caisse de grève des cheminots il y a quelques jours.

Contacts

  • Pour le nord Aveyron – Sébastien Persec (Laguiole) : 06.70.52.71.23
  • Pour le sud Aveyron – Jean-Marie Roux (Viala-du-Tarn) : 06.79.90.82.99
  • Pour l’ouest Aveyron – Téo Boutrelle (Le Bas Ségala) : 06.02.32.72.41