Rodez. Finances Publiques : 132 postes supprimés en Aveyron

Ce lundi 13 janvier a eu lieu dans les locaux de la Direction Départementale des Finances Publiques, un comité technique local avec, pour but, d'acter les suppressions d'emplois liées à la restructuration du service public.

Les représentants de l'intersyndicale FO, CGT et Solidaires finances étaient présents pour dénoncer la réforme du Service Public mais aussi celle des retraites. ©ADN12

En Aveyron, les agents de la Direction des Finances publiques avaient déjà essayé de faire entendre leur combat lors d’une semaine de grève reconductible en septembre dernier. Ils agitaient déjà le drapeau de la révolte contre le projet de Loi de Transformation de la Fonction Publique (dit plan Darmanin) qui promettait la disparition d’une vingtaine de sites et concernerait 94 agents en Aveyron (sur les 390 que compte le département). Ce projet de loi sur trois ans (de 2020 à 2022) entre dans le contexte du Nouveau Réseau de Proximité, visant à supprimer des postes dans la fonction publique pour les remplacer par les Maisons France Services.

Ce lundi 13 janvier, l’intersyndicale FO – CGT – Solidaires a boycotté ce comité en lisant une déclaration pour dénoncer de vive voix « cette nouvelle dérive budgétaire qui supprime cinq postes dans l’Aveyron ».

« Nous ne souhaitons pas participer à ce simulacre de dialogue social, nous y allons pour dénoncer cette dérive budgétaire »

Des fermetures partout en Aveyron

Ce n’est plus un secret, la tendance est aux économies. En 2008, le président Nicolas Sarkozy avait déjà fusionné le service de Direction des Impôts avec celui de la Direction Générale des Finances Publiques, « sous prétexte que ces services faisaient le même travail, ce qui est faux » précise Jean-Claude Vernières (secrétaire départemental Solidaires). Résultat : 132 postes supprimés en Aveyron, c’est-à-dire plus d’un quart de l’effectif du département.

Aujourd’hui, de nouveaux emplois sont menacés depuis la mise en place de la réforme de Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics. En Aveyron, les pertes sont conséquentes puisque ce sont :

  • 12 trésoreries de proximité qui vont fermer sur les 17 existantes ;
  • 3 services des impôts aux particuliers qui vont fermer sur les 6 existants ;
  • 4 services des impôts aux professionnels qui vont fermer sur les 6 existants, ne laissant que ceux de Rodez et Millau.

Maisons France Services : neuf fonctionnaires en un contractuel

Pour les usagers, ces fermetures de guichets devront être compensées par la mise en place de Maisons France Services qui seront tenues par des contractuels qui devront pourvoir répondre aux questions des Aveyronnais concernant, à minima, les organismes suivants : la Caisse d’allocations familiales, le ministères de l’Intérieur, de la Justice, des Finances Publiques, la Caisse nationale d’Assurance maladie, la Caisse nationale d’Assurance vieillesse, la Mutualité sociale agricole, Pôle emploi et La Poste.

Or, pour l’intersyndicale, « ce projet est de l’enfumage : on supprime des techniciens des finances pour les remplacer par des contractuels qui auront eu une heure de formation sur le domaine des finances, le tout à la charge des collectivités locales ».

« On veut désintoxiquer le public du guichet et le forcer à passer par Internet »

Car avec l’arrivée d’internet, on pourrait penser que les suppressions de postes s’expliquent par la baisse de la fréquentation au guichet, toutes les informations étant accessibles de chez soi. Mais pour Jean-Claude Vernières, ce n’est pas si simple : « Quand on vient chez nous, on vient avec des questions précises : je paye l’EHPAD de mon père, dois-je le déclarer comme une pension alimentaire ? J’ai fait des travaux chez moi pour des économies d’énergie, comment ça marche ? Nous ne sommes pas contre l’outil internet mais il faut bien comprendre que quand les gens se déplacent au guichet, c’est parce qu’ils ont des questions et que l’ordinateur ne peut pas y répondre ».

« Et depuis le prélèvement à la source, on a de plus en plus de contribuables qui se déplacent. Sans compter les publics en difficulté qui viennent demander un délai de paiement, les personnes âgées, ou même celles sans internet qui continuent à être nombreuses en Aveyron »

(Joelle Maliberet, Solidaires)

Les actions prévues

Mais l’intersyndicale ne compte pas en rester là. Pour protester contre le Nouveau Réseau de Proximité d’abord : en Aveyron, sept Maisons France Services ont déjà été labellisées. Si les trois parlementaires aveyronnais (Stéphane Mazars, Anne Blanc et Arnaud Viala) ont déjà été interpellés sur la question, plusieurs collectivités ont refusé de signer la Charte Maisons France Services pour protester contre ce qu’ils estiment être une dégradation du service public qui devra se faire à leur charge. « Nous attendons une réponse pour rencontrer Jean-François Gaillard au Département » précise Delphine Alias, représentante CGT.

L’intersyndicale FO – CGT – Solidaires appelle également à se mobiliser contre la réforme des retraites qu’ils estiment être « une véritable catastrophe ». Présents sur les cortèges des différentes manifestations, ils appellent public et privé à faire front commun contre cette réforme.

« Entre la loi Darmanin et la réforme des retraites, les luttes sont convergentes : nous avons un bulldozer devant nous, en tant que syndicats, nous nous devons de le dénoncer »