Municipales. François Marty dans la course à sa succession à Decazeville

Ce jeudi 9 janvier, c'est à l’espace Gilbert-Bou devant la percée de la ville, rue Cayrade, comme pour marquer symboliquement une ouverture sur l'avenir, que François Marty a annoncé officiellement qu'il se représenterait aux élections municipales des 15 et 22 mars prochains.

Le maire sortant François Marty annonce sa représentation aux prochaines municipales. ©ADN12

C’est sous la liste « Decazevillois, poursuivons ensemble » que François Marty et son équipe ont choisi de faire prochainement campagne avec un logo sous-titré « Avec vous, pour vous ».

Une décision collégiale

Pour François Marty, le travail d’équipe est « primordial » : c’est la raison pour laquelle il a souhaité au préalable recueillir les avis des 29 conseillers qui l’entourent actuellement pour prendre sa décision.

« Je ne veux pas décider tout seul mais partager des décisions. Tout comme nous partageons les indemnités.»

Dans les jours qui viennent, les Decazevillois recevront une lettre du maire dans laquelle il exprimera les détails de ses motivations. Insistant sur sa véritable passion pour Decazeville et sa dévotion à ses habitants, François Marty conduira sa liste sans étiquette politique, avec une équipe sans aucun encarté. Il a confié que cette équipe sera à peu près similaire à l’équipe actuelle, soit 75% des conseillers sortants qui souhaitent continuer. En l’état, la liste n’est pas tout à fait finalisée. Pour autant, François Marty laisse entendre que nombreux sont ceux qui aimeraient y participer.

Le reste de la liste sera dévoilé dans les semaines à venir et le local de campagne sera vraisemblablement inauguré début février pour permettre aux habitants qui le souhaitent de venir à sa rencontre.

Du pain sur la planche

François Marty ouvert à la rencontre. ©ADN12

François Marty déclare vouloir mener « une campagne dans la sérénité, sans polémique, une campagne de propositions ».

Les propositions seront basées sur le triptyque cher à son cœur depuis déjà six ans : de l’attractivité, de la jeunesse et de l’économie. Il compte bien s’appuyer sur des cahiers de doléances mis à disposition des Decazevillois car, d’après lui, « il reste beaucoup à faire ».

Le plus douloureux pour le maire sortant serait de voir, au fil du temps, une population qui baisse :

« On a payé cash la perte de l’industrie lourde et de ses 3 000 emplois en 1987 » 

Car la tâche n’est pas simple pour le candidat : entre les difficultés que rencontrent actuellement la SAM (l’un des premiers employeurs de sa ville), l’hôpital (dont il espère que l’intégration au Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) apportera l’offre de soins de proximité que les habitants sont en droit d’attendre), la diminution démographique de sa ville (5 500 habitants aujourd’hui contre 8 800 dans les années 1980) et le bâti vieillissant, François Marty ne cache pas l’ampleur de la tâche encore à accomplir.

« La tâche est tellement prenante qu’on abandonne ce qui nous est le plus cher, c’est-à-dire la famille »

C’est pour ces raisons qu’il affirme avoir conduit une réflexion collégiale avec son équipe : pour savoir s’ils étaient tous, à nouveau, prêts à investir de leur temps au service de la population.

Une première expérience mise en avant

Avec cette première expérience en tant que maire de sa ville, François Marty met en avant le fait que « c’est dans la capacité  à gérer du mieux possible l’argent de ses contribuables et la vie quotidienne de ses habitants que réside la compétence d’une mairie » . Quel que soit le projet à conduire, « s’il est bon, bien élaboré dès le départ, il passe » affirme-t-il.

Le maire sortant clôt son annonce officielle de candidature en déclarant son amour de la démocratie :

« Il est bien que tous les six ans le peuple décide de ce qu’il veut ou ne veut pas »

François Marty à l’espace Gilbert-Bou, à Decazeville pour annoncer sa candidature aux élections municipales 2020. ©ADN12