Rodez. La cité scolaire Jean Jaurès mobilisée pour dénoncer des conditions de travail dégradées

L’intersyndicale SUD Education – SGEN-CFDT a fait parvenir un communiqué pour fait part de leur colère et de leur inquiétude face à la dégradation de leurs conditions de travail liée à la réforme Blanquer :

« Ce vendredi matin, à 10h00, le personnel de la cité scolaire Jean Jaurès a tenu une assemblée générale puis s’est rassemblé dans la cour de l’établissement afin de protester contre la dégradation des conditions de travail des personnels et d’études des élèves liée à la réforme Blanquer ainsi que contre le projet de réforme du système des retraites.

Dans un contexte de réduction budgétaire généralisée, nos écoles rurales sont particulièrement menacées. Le personnel s’inquiète des menaces qui pèsent sur le BTS électrotechnique dont le nombre de places doit être réduit de moitié à la rentrée 2020. Cela mettrait en danger également les formations du lycée professionnel qui préparent à ce BTS. D’autres menaces concernent la filière sciences de l’ingénieur, la spécialité en éducation physique et sportive ou encore l’enseignement de l’occitan au lycée.

Par ailleurs, il estime que les conditions ne sont pas réunies pour préparer sereinement et équitablement les élèves de premières générale et technologique en vue de l’épreuve commune en contrôle continu (E3C) en langues, histoire-géographie et maths qui doit se dérouler en janvier :

  • Manque d’information sur les niveaux attendus
  • Flou sur les tâches à accomplir
  • Absence de sujets adaptés aux progressions
  • Fin du sujet national
  • Stress croissant des élèves, des familles et des personnels.

Ce manque de préparation et le caractère local de l’organisation engendrent du stress et une surcharge de travail importante pour des personnels déjà fatigués par l’application précipitée de la réforme du lycée. Les élèves subissent une pression permanente à cause des nouvelles modalités d’examen.

De nombreuses directions de personnels ont fait remonter ces inquiétudes à leur hiérarchie qui ne répond pas précisément. »

Le personnel propose donc de rencontrer les parents d’élèves dans les jours à venir pour décider d’actions communes. A suivre…