Campagnac. Relaxe du chauffagiste pour l’affaire de l’empoisonnement au monoxyde de carbone

©ADN12

Les faits remontent à l’année 2012 et avaient été jugés en novembre dernier par le Tribunal Correctionnel de Rodez : un septuagénaire avait été retrouvé mort à son domicile, intoxiqué au monoxyde de carbone. Sa famille venue par la suite pour préparer les obsèques avait également été intoxiquée.

En cause : des trappes de visite retrouvées ouvertes sur la chaudière. Le procès n’avait pas permis d’établir le responsable de l’ouverture de ces trappes qui auraient dû rester fermées pendant l’utilisation de la chaudière, et d’où se serait échappé le monoxyde de carbone.

Le tribunal a prononcé ce mercredi 8 janvier une relaxe pour l’entrepreneur et son entreprise pour tous les chefs d’accusation.