Comment s’est fait ton retour, sous forme de prêt, au RAF, pour la fin de saison ?

Il y a des clubs qui appelaient pour savoir si je pouvais être prêté en janvier. Puis, j’ai eu un appel de mon agent, pour savoir où j’en étais. Je lui ai expliqué ma situation et dit que j’étais partant pour un prêt. Il fallait juste voir où, quand et comment. Rodez et d’autres clubs se sont positionnés, et je me suis dit pourquoi pas un retour à Rodez.

L’an dernier, tu as connu une saison pleine en national. Et une première partie, en Ligue 2, plus compliquée, surtout sur la fin. Comment tu l’expliques ?

J’ai eu une discussion à bâtons rompus avec le coach, juste avant les congés. Après, c’est le football, il ne faut pas toujours chercher à comprendre. J’ai émis le souhait d’être prêté. Le coach et le président ne voulaient pas. Tout le monde a réfléchi pendant la trêve. Quand on a repris, j’ai dit que je souhaitais toujours être prêté. Le président a compris mon souhait, et a accepté au moins jusqu’à la fin de saison. Je le remercie d’avoir compris la situation, et de l’avoir expliquée au coach.

« Retrouver le plaisir de jouer »

C’est donc un retour au source à Rodez, pour retrouver du temps de jeu, le plaisir de jouer ?

Surtout le plaisir de rejouer au football, d’être bien sur le terrain. Ça, c’est ma priorité. Avec l’envie d’apporter ma pierre à l’édifice au RAF, en toute humilité. Je sais la chance que j’ai de rebondir, pour la deuxième partie de saison, dans un club de Ligue 2. Je suis content de revenir à Rodez, et je vais donner le maximum sur le terrain.

Tu devais être impatient de retrouver Paul Lignon et son public, dont tu as toujours été l’un des chouchous ?

Oui. L’an dernier, j’avais été très ému, et j’avais eu beaucoup d’émotions quand j’étais venu jouer avec le Mans. Car les supporters m’avaient fait une banderole, et ça m’avait touché. Je savais que j’étais aimé par le public, mais ça m’avait fait plaisir. Ça fait du bien, et j’ai envie, sur les mois à venir, de rendre au public ce qu’il m’apporte.

« L’esprit aveyronnais est présent dans ce stade »

Vous vous êtes entraînés à Paul Lignon. Tu as donc découvert le nouveau stade. Qu’en as-tu pensé ?

Cela a bien évolué, même très bien évolué. C’est un beau stade, une très belle pelouse, des tribunes améliorées. On sent l’esprit aveyronnais dans ce stade. Et le fait qu’il soit entouré par des barrières, ça permet aux gens d’être proches du terrain, et c’est top !

Que peut-on te souhaiter pour 2020 ?

De prendre du plaisir, de continuer ma progression, et d’obtenir le maintien en Ligue 2 avec le RAF.