Rodez. Ils manifestent devant la mairie pour l’interdiction des pesticides

Un premier rassemblement des militants ruthénois s'était tenu le 6 décembre 2019. ©Coquelicot_Ruthénois

Ils appartiennent à un collectif baptisé « Le Coquelicot Ruthénois », la déclinaison locale du mouvement national « Nous voulons des coquelicots », créé en 2018 pour demander au gouvernement l’interdiction de tous les pesticides de synthèse. Des militants pacifistes, qui ont choisi de se rassembler le premier vendredi de chaque mois devant la mairie de leurs communes.

Deuxième acte ce vendredi

A Rodez, le premier acte du mouvement a eu lieu le 6 décembre dernier, rassemblant une douzaine de personnes sur la place Eugène Raynaldy. Le second acte, prévu ce vendredi à 18h (toujours devant la mairie), devrait réunir davantage de personnes puisque l’association Comité Causse Comtal, qui sensibilise localement l’opinion aux enjeux environnementaux, a appelé ses sympathisants à rejoindre le mouvement des coquelicots.

« Pas besoin d’être chercheur pour percevoir la souffrance de notre environnement qui s’effondre sous nos yeux et pas besoin aussi d’attendre d’être célèbre pour se faire entendre car un mouvement national propose une méthode et une large reconnaissance, il s’intitule « nous voulons des coquelicots »

(Le Coquelicot Ruthénois)

Nouvelles règles d’épandage agricole

La question des pesticides a longuement alimenté les débats en 2019, concernant leur utilisation dans le secteur agricole et la réglementation des zones d’épandage. Depuis le 1er janvier 2020, les nouvelles distances réglementaires d’épandage sont entrées en vigueur. Elles sont fixées à cinq mètres des habitations pour les cultures basses, 10 mètres pour les cultures hautes et 20 mètres « en cas d’utilisation de produits cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques »

  • Pour relire la position des militants EELV en Aveyron, c’est ici.
  • Pour relire la position de la FNSEA de l’Aveyron, c’est par .