Onet Football : le dernier club aveyronnais de Régional 1, en difficulté…

Entre enthousiasme et difficultés, Eric Luban, président d'Onet-le-Château Football, présente le bilan de mi-saison du club.

©ADN12

Au fil des années, Rodez, Réquista, Millau, Villefranche, La Primaube et Onet-le-Château ont fait partie des clubs représentatifs du football aveyronnais au plus haut niveau régional (voire plus pour Rodez et Réquista). Si Rodez a eu la courbe ascendante que l’on connaît, les autres (Réquista, Millau, La Primaube et Villefranche de Rouergue) se sont fondus dans la masse des championnats. Seul Onet-le-Château a su garder sa place au plus haut niveau régional et garder la tête hors de l’eau.

Même si l’affaire ne fut pas simple puisque après La Primaube l’an passé, Onet-le-Château est aujourd’hui en souffrance avec seulement six points au compteur à mi-parcours et une place d’avant-dernier au classement général.

« Un changement radical de football »

Eric Luban, président de Onet-le-Château Football. DR

Huit matchs joués et seulement une victoire engrangée pour les hommes de Yoan Boscus en Régional 1… Trois nuls et quatre défaites qui placent l’équipe en bas de classement de la poule A d’Occitanie…

« Cette saison, nous avons changé de championnat. Nous étions dans une poule avec une grosse majorité de clubs du midi. Là-bas les équipes sont très joueuses et ce football nous convient bien car nous avons un groupe très jeune avec une moyenne d’âge de 24 ans. Beaucoup sortent de l’école de foot. Cette année, c’est un changement radical de football. Les accueils sont beaucoup moins chaleureux, le football plus physique, le temps d’adaptation est plus long que prévu » développe le président du club, Eric Luban, pour expliquer ce mauvais début de saison.

« Les absences, les nombreuses blessures de début de saison et la malchance dans certaines rencontres nous ont mis en difficulté »

(Eric Luban, président du FC Onet-le-Château)

Il faut bien le dire aussi, avec un peu plus d’adresse, Onet aurait pu engranger quelques points supplémentaires sur quelques matchs qui l’auraient positionné plus confortablement dans le ventre mou de la poule.

Mais le président se montre résolument optimiste : « le coach, Yoan Boscus, travaille sur la rigueur en match, un message qui passe de mieux en mieux au sein de l’équipe. Si l’on ajoute le retour de certains joueurs, on devrait voir un nouveau visage aux matchs retours ».

« Tout le club garde confiance dans les encadrants et les joueurs. Nous allons nous en sortir grâce à nos capacités et à nos qualités, les blessés reviennent petit à petit, l’expérience de ces matchs durs arrive, et côté chance, le vent va finir par tourner »

(Eric Luban, président du FC Onet-le-Château)

Si l’équipe fanion éprouve des difficultés dans son championnat, le club lui se porte comme un charme…

420 licenciés

60 dirigeants, 65 seniors pour trois équipes, 30 éducateurs diplômes, 45 U11, 100 U6-9 ans, en ajoutant les U14, U17 et U18, c’est un effectif constant depuis de nombreuses années qu’affiche Onet-le-Château Football. Fort d’une école de football reconnue, hier dans les championnats Midi-Pyrénées et aujourd’hui en championnats d’Occitanie, le club castonétois a de la ressource avec la formation de beaucoup d’éducateurs : « des bénévoles qui souhaitent aider, c’est une chance pour nous, même si cela a un coût (60€ par module de formation) » précise Eric Luban, conscient que le bénévolat est un gros « plus » pour une association sportive.

« Dans les petites catégories, il y a de gros effectifs, par contre les ados, c’est plus compliqué. À cet âge on aime moins se faire mal avec les contraintes des entraînements, même si la moyenne d’âge des licenciés de terrain qui peuvent jouer en senior est à moins de 24 ans »

(Eric Luban, président du FC Onet-le-Château)

 

Sportivement, le président assure que du très bon travail se fait dans toutes les catégories. Les U14 et U18 sont alignés au niveau régional : « bien sûr loin des années 1990 où toutes les catégories étaient en ligue mais pour autant, nos jeunes restent très compétitifs ».

« L’école de foot vit bien parce qu’il y a du monde qui permet cela. Les parents s’impliquent et les jeunes s’approprient le club »

(Eric Luban, président du FC Onet-le-Château)

Les deux équipes réserves font un parcours à la hauteur de leurs ambitions. La 3 joue en Départemental 3, actuellement en milieu de tableau, et s’entraîne deux fois par semaine : composée en majorité d’étudiants, elle est toujours en course en Coupe de l’Aveyron. La 2 est en Régional 3, elle joue les premiers rôles dans sa poule. Un groupe très jeune en complément de l’équipe fanion et de ce fait souvent remodelée : « c’est le lot des équipes réserves » résume Eric Luban.

Un stade qui se fait attendre

La livraison du stade de La Roque a déjà plusieurs mois de retard et la remise des clés est loin d’être d’actualité. Heureusement, le stade annexe en synthétique est en service et le club-house vitré au dessus des tribunes est quasi opérationnel, avec un mobilier et de l’électroménager neufs. Son inauguration est prévue le 30 janvier à 18h30 : « le club house est une belle réussite, une vue sur la pelouse magnifique » s’enthousiasme le président qui imagine bien l’environnement du stade fait de verdure.

Le stade d’Onet-le-Château, la date de livraison est elle aussi encore dans le brouillard…©ADN12

Côté vestiaires, l’enthousiasme se transforme en étonnement devant l’implantation de deux grands vestiaires (et seulement deux !), d’un vestiaire arbitre et de WC. Attenant, un local avec deux ballons d’eau chaude, un évier et en face, un local électrique pour éclairer le stade. Le manque de deux vestiaires supplémentaires et d’un local pour entreposer le matériel (ballons, filets, maillots, plots…) est surprenant : un manque de fonctionnalité regrettable pour un complexe sportif lové dans un si bel écrin auquel il serait dommage d’accoler un module de chantier…

Le complexe de la Roque est prometteur pour le confort des sportifs