Cassagnes. La grève des postiers continue

Blocage de la livraison du courrier par des usagers en soutien le mardi 31 décembre. ©ADN12

Cela fait maintenant quinze jours que les postiers de Cassagnes sont en grève à 90% pour préserver les deux postes sur neuf, que la direction de La Poste compte supprimer dans le village.

Le communiqué CGT-FAPT 12 précise : « Cette décision est argumentée comme à l’accoutumée par la baisse du courrier sans prendre en compte le nombre incompressible de kilomètres à parcourir tous les jours, le nombre de colis qui augmente ainsi que les imprimés publicitaires, le tout à l’aide d’algorithme dont seule la Poste à le secret. »

« La direction de la Poste leur demande de faire à 7, le travail qu’ils effectuent actuellement à 9. »

Une demande de négociation

Si le conflit semblait pouvoir se régler par des négociations, les syndicats demandent aujourd’hui une médiation à la sous-préfecture : « Après avoir bataillé durant 8 jours, juste pour obtenir des négociations sur site, les agents avaient fait un pas de « géant » vers les propositions de la Direction, qu’à cela ne tienne la Poste en veut encore plus et provoque le « clash ». Hier, lundi 30 décembre, après 14 jours, les grévistes excédés ont compris que seule la médiation, demandée aux services de la sous-préfecture par les organisations syndicales CGT et SUD, pourra mettre fin à ce conflit. Mépris, provocation, menace de sanction et surenchère ont eu raison de leur patiente. Soutenus vendredi dernier par l’ensemble des facteurs de Réquista qui ont rejoint la grève, d’autres bureaux sont appelés au soutien dans les prochains jours et des actions vont avoir lieu. »

Avec un appel à la population pour soutenir la lutte : « Les facteurs appellent les élus et la population à les soutenir dans leur action dont le but est de garantir en priorité un service public postal de qualité, préserver leur santé et maintenir les emplois dans nos villages. »

Le conflit touche les villages de Cassagnes, mais aussi de Arvieu, Auriac-Lagast, Centrès, Comps-la-Grand-Ville, Meljac, Rulhac, Salmiech et Sainte-Juliette. Peut-être plus de nouvelles après le 2 janvier, date de la prochaine réunion…