Une plateforme en ligne pour lutter contre la cybermalveillance

En réponse à l’augmentation des actes de cybermalveillance (notamment rançongiciel et hameçonnage), le gouvernement avait lancé fin 2017 la plateforme cybermalveillance.gouv.fr, un dispositif national d’assistance aux victimes et de prévention du risque numérique.

Un risque qui peut toucher tout le monde

Ces attaques touchent tout le monde, particuliers, entreprises, collectivités. Les victimes de cybermalveillance peuvent ainsi se retrouver confrontées à de très mauvaises surprises : un virus qui détruit les fichiers ou aspire des données, un écran d’ordinateur bloqué ou des fichiers effacés contre une demande de rançon, des fenêtres publicitaires qui s’ouvrent de façon intempestive, etc. Ordinateur, téléphone, tablette, comptes en ligne (réseaux sociaux, etc.), de nombreux supports peuvent être concernés.

Cette plateforme, toujours active, est un dispositif dédié à l’assistance, à la prévention et la sensibilisation des particuliers, des entreprises et des collectivités.

Vous ne savez pas comment vous protéger des attaques en ligne ? Pas de panique : un kit de sensibilisation, composé d’outils pédagogiques pour partager les bonnes pratiques et sensibiliser au risque, est disponible sur le site internet de la préfecture. La plateforme cybermalveillance.gouv.fr est aussi visible depuis facebook (@cybervictimes), twitter (@cybervictimes) et linkedin (@cybermalveillancegouvfr).

Ce dispositif est gratuit. Un espace dédié à la sensibilisation des enjeux de la protection de la vie privée numérique est également accessible aux internautes et un observatoire va être créé en vue d’anticiper le risque numérique.

N’hésitez pas non plus à vous renseigner dans les Maisons de quartier de votre ville qui présentent parfois des initiatives intéressantes pour se prémunir contre les attaques en ligne !