Rodez. La nouvelle vie des Haras en 2020 !

Les Haras de Rodez vont devenir Tiers-Lieu en 2020 grâce à l'association Station A. 200 projets ont déjà exprimé leur désir de rejoindre ce nouveau lieu d'échanges économiques, sociaux et culturels. ©Balint Porneczi

Les Haras Nationaux de Rodez restaient inoccupés depuis le mois de juin 2017 (lire leur histoire ici)… mais une nouvelle vie s’offre à eux puisque le bâtiment, classé Monument Historique et propriété du Département de l’Aveyron, deviendra d’ici quelques mois le Tiers Lieu de l’association Station A : un espace ouvert de 4 000 mètres carrés, point de rencontres économiques, culturelles et sociales…

« Plus de 200 parties prenantes en un même lieu »

Les ruthénois pourront s’y retrouver pour partager un verre ou un repas, assister à un événement culturel, rencontrer un professionnel de santé ou encore y organiser des réunions de travail…

« Comme dans les grandes villes »

Chez Station A, l’association qui porte ce projet depuis plus de deux ans, on affiche un sourire de circonstance : Les Haras Nationaux de Rodez réunissent tous les critères indispensables à la mise en oeuvre de ce tiers-lieu. « 4 000 mètres carrés de surface avec des réserves foncières pour rester ouvert à de nouvelles expérimentations, une grande modularité, une situation géographique idéale en centre-ville, des espaces extérieurs pour nos projets de restauration et de maraîchage… » : le co-président de Station A, Alan Hay, n’en finit pas d’énumérer les avantages du site, après avoir cherché en vain des friches industrielles qui auraient pu accueillir le projet.

C’est donc après un long travail de discussion avec le Conseil Départemental de l’Aveyron qu’a pu se nouer l’accord. Son président, Jean-François Galliard, souhaitait voir revivre cet « emblème ruthénois », mais il a voulu prendre le temps de bien ficeler les choses : « il y a avait pas mal de projets autour de l’activité équestre mais la proposition de Station A était vraiment intéressante car elle apporte une vraie modernité, que l’on retrouve dans les grandes métropoles françaises ».

« Le bien reste la propriété du Département et l’argent public est épargné »

Autre point de satisfaction pour Jean-François Galliard : le bâtiment reste la propriété des aveyronnais puisque le montage choisi fait que les bâtiments seront loués à une structure d’investisseurs, qui elle même sous-louera aux différents opérateurs. « Le montage financier fait que les ressources enregistrées compenseront les sorties » assure Alan Hay qui a longuement planché sur l’équilibrage financier du projet avec les autres membres de Station A.

Le président du Département se dit enthousiaste pour un projet « qui représente un peu l’agora du futur ». @ADN12

Sept « communautés »

Le tiers-lieu qui se dessine ainsi à Rodez a plusieurs objectifs : le renforcement du lien social, l’animation du territoire et la création d’activités économiques, tout en intégrant les dimensions culturelles et d’insertion. En un mot : la mixité dans tous les domaines de la société…

« Restaurant, micro-crèche, Fab-Lab, professionnels de la santé, artisans… »

Dans son projet, Station A a imaginé sept grands domaines d’activités, qui cohabiteront dans un même lieu aménagé. La plus grande surface sera consacrée aux espaces professionnels : 1 000 m² de bureaux, d’open-space, d’espaces de coworking et de salles de réunion destinés aussi bien aux résidents permanents que pour des besoins plus ponctuels.

  • Bien-être : de la sage-femme à l’énergéticien, c’est une dizaine de professionnels de la santé et de disciplines associées qui prendront place dans 250 m² de surface. « Pour beaucoup, il s’agit de relocalisation. On a d’ailleurs dû limiter car on avait énormément de demandes ».
  • Alimentation : le projet comporte, sur 550 m², un espace de maraîchage, un restaurant en circuit-court, un café associatif, un magasin de producteurs… « Ce sera le lieu de rencontres incontournable, où le lien va réellement se créer ».
  • Pôle Maker : 800 m² seront destinés aux ateliers et au Fab Lab professionnel. « L’idée est que les artisans puissent venir utiliser les machines ou proposer des ateliers de transmission de savoirs par exemple ».
  • Education : une mission transversale entre professionnels installés, particuliers et associations sur des opérations d’échanges et de vivre ensemble, ainsi qu’un projet de micro-crèche et d’école alternative.
  • Culture : sans porter concurrence aux structures existantes, Station A entend proposer des animations particulières et notamment des expositions culturelles. La Radio locale RTR pourrait également y installer ses locaux.
  • Bâtiment : le lieu se voudra actif sur les nouvelles façons de construire, les nouveaux matériaux innovants…
  • Economie circulaire : les questions environnementales, via notamment le réemploi et le recyclage seront elles aussi privilégiées dans le choix des acteurs du tiers-lieu.

Les premiers arrivants avant les travaux

A ce jour, 200 personnes actives ont prévu d’intégrer le futur tiers-lieu, réparties dans une trentaine de structures. « La moitié existe déjà et se relocalise, l’autre moitié se créé entièrement, et beaucoup de projets sont d’ailleurs portés par nous-mêmes, comme le projet de restaurant » détaille Alan Hay.

Le projet a été présenté ce jeudi 19 décembre par les membres de Station A dans les bureaux du Département. @ADN12

Les premiers occupants s’installeront dès le premier semestre de l’année 2020, après l’étude architecturale qui vient d’être lancée pour tester le projet définitif. Les travaux d’aménagement devraient eux s’étaler sur deux ans mais l’activité continuera pendant la durée du chantier.

« On a la chance que les Haras soient en excellent état et bien entretenus. Il faut compter autour de 3 millions d’euros pour le gros oeuvre et un million supplémentaire pour l’aménagement »

(Hugues Tournier, architecte et membre de Station A)

Après avoir élevé des chevaux d’excellence pour l’Armée, l’ancienne chartreuse du 16ème siècle s’apprête à entamer le troisième grand chapitre de son histoire et devenir un lieu central dans la vie des habitants du Piton…