Rodez. Héroïne, crack et cocaïne : sept personnes interpellées

A l’issue d’une enquête de plusieurs mois dirigée par la brigade de recherches de Rodez, sept personnes ont été interpellées au début du mois de décembre, principalement dans l’agglomération ruthénoise. Elles sont suspectées d’appartenir à un vaste trafic de cocaïne, d’héroïne et de crack sur le territoire.

45 militaires mobilisés

Le coup de filet de la gendarmerie a été menée le 10 décembre, mobilisant 45 militaires de la compagnie de Rodez et du groupement de gendarmerie de l’Aveyron, ainsi que trois équipes cynophiles des régions Occitanie et Auvergne Rhône-Alpes.

Après 96 heures de garde-à-vue, deux des mis en cause ont fait l’objet d’une convocation sur reconnaissance préalable de culpabilité, pour simple usage de stupéfiants. Les cinq autres ont été présentés à la justice : l’un d’eux, mineur, a été mis en examen par le juge des enfants et placé en centre éducatif fermé, sous contrôle judiciaire. Les quatre majeurs sont passés en comparution immédiate et ont demandé un délai pour préparer leur défense.

Dans l’attente de leur jugement, trois d’entre eux ont été placés en détention et la dernière a été remise en liberté, sous contrôle judiciaire.

Le trafic de drogues aurait des ramifications en Occitanie et en Espagne, deux lieux supposés d’approvisionnement pour les malfaiteurs.

« La particularité de cette affaire tient à la nature des substances de ce trafic. Ces produits sont encore peu répandus dans le département. On pense en particulier au crack, dérivé de la cocaïne et réputé pour son extrême dangerosité car il provoque une dépendance forte et de graves altérations neurologiques, cardiovasculaires et pulmonaires »

(Groupement de Gendarmerie Départementale de l’Aveyron)