A Rodez, au lendemain des annonces du premier ministre sur le futur projet de réforme des retraites, les syndicats maintiennent la pression. En attendant la grande journée de mobilisation du 17 décembre, un rassemblement s’est tenu en fin d’après-midi ce jeudi 12 décembre, devant la permanence du député LREM Stéphane Mazars. Une délégation de l’intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires a été reçue par le parlementaire.

« Nous attendons de lui qu’il remonte en haut-lieu nos motifs de mécontentement. Nous sommes peut-être une petite ville mais nous sommes dans la rue et on va continuer car il n’y a aucune avancée sur nos revendications »

(Didier Pons, pour l’Intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires)

Les syndicats qui dénoncent un projet « flou » : « on nous explique que le projet passera tel quel et qu’il sera amélioré après ! Qui peut le croire ? » s’exclame Robert Phavorin de Solidaires. Même son de cloche chez son homologue de la FSU, Antoine Cantais, malgré la promesse du gouvernement de « sanctuariser les pensions des enseignants » : « on nous promet des revalorisations salariales mais avec des contreparties organisationnelles. En gros on nous le prendra sur nos temps de vacances, on augmentera le temps de travail… alors qu’il n’y a jamais eu autant de burn-out dans le monde enseignant…».

Les deux principaux points de blocage restent les mêmes : l’âge « d’équilibre » de départ à la retraite fixé à 64 ans et la valeur du point.

« L’âge de départ à 64 ans est clairement un cadeau au MEDEF ! On ne sait rien des décotes qui seront appliquées en cas de départ anticipé ! Quant à la valeur du point, elle reste aléatoire et quand on parle en euros, toutes nos simulations montrent que la baisse des pensions sera générale ! »

 

« C’est un drôle de hasard de s’attaquer à tous les acquis d’après-guerre : la sécurité sociale, le chômage, les retraites… quand cela va-t-il s’arrêter ? Combien faut-il de personnes dans la rue pour que l’on nous écoute ? » questionne Emmanuel Dumas, pour Force Ouvrière.

Vers un rassemblement de masse le 17 décembre ?

Tous ont maintenant les yeux tournés vers mardi prochain, le 17 décembre, où une nouvelle manifestation départementale partira du mail de Bourran à 14h.

La CFE-CGC a annoncé qu’elle participerait à l’appel de l’intersyndicale. Tout comme l’Unsa et la CFDT, qui rejoint pour la première fois le mouvement de grogne. Reste à savoir si elle défilera aux côtés des autres syndicats. Les représentants de l’Intersyndicale n’y croient pas :

« Nous n’avons pas eu de contact avec la CFDT. De toute façon, nous ne sommes pas dupes : si elle obtient une concession sur l’âge pivot, elle se rangera du côté du gouvernement et l’opinion public n’y comprendra plus rien. Nous voulons rester unis pour demander le retrait de cette réforme ! »