Cinq rassemblements contre la réforme des retraites ce mardi en Aveyron

Des rassemblements auront lieu ce mardi à Rodez, Millau, Villefranche-de-Rouergue, Decazeville et Saint-Affrique. @ADN12

Après la forte mobilisation du 5 décembre à Rodez, où plus de 7.000 Aveyronnais s’étaient donné rendez-vous, une nouvelle journée d’action est prévue ce mardi 10 décembre, à l’appel des syndicats FO, CGT, Solidaires et FSU. Cinq rassemblements sont organisés :

  • À Rodez, après des actions en matinée, les syndicats appellent à un rassemblement à 14h30 devant la gare SNCF.
  • À Decazeville, rassemblement prévu à 17h au rond-point des Tuileries, près de l’usine SAM de Viviez.
  • À Villefranche-de-Rouergue, rassemblement prévu à 17h sur la place Fontanges.
  • À Millau, un cortège partira de la gare SNCF à 17h.
  • À Saint-Affrique, rassemblement prévu à partir de 11h au rond-point des Cazelles.

« Amplifier le mouvement »

La mobilisation enregistrée en Aveyron pour le premier acte du 5 décembre a été unanimement saluée par les syndicats :

« cette mobilisation dans les manifestations est d’une ampleur rare, inédite depuis 2010 et 1995 »

Les syndicats aveyronnais espèrent maintenant que la mobilisation sera encore plus importante ce mardi : « le gouvernement doit entendre le message envoyé par les salariés et la jeunesse et prendre ses responsabilités en ouvrant de réelles négociations sans préalable avec toutes les organisations syndicales ».

Pour l’ouverture de négociations

Pour les syndicats mobilisés, les motifs de rejet de la réforme des retraites présentée par le gouvernement restent les mêmes, avec pour principale revendication le refus d’un système par points, « qui immanquablement conduirait à une baisse des pensions et à devoir reculer encore l’âge de départ ».

Pour eux, la solution pour pérenniser le système de solidarité français se trouve ailleurs : « c’est par l’amélioration de l’emploi, par la fin du chômage massif et de la précarité tout au long de la vie, par l’augmentation des salaires et l’égalité entre les femmes et les hommes, que la pérennité des retraites sera garantie ! » lancent-ils de concert dans leur appel à manifester.

Didier Pons, le Secrétaire Général de l’Union Locale CGT de Rodez annonce que cette nouvelle journée d’action pourrait donner lieu à des reconductions, des préavis de grève se multipliant dans certains secteurs : « les organisations syndicales se revoient le 10 décembre au soir, pour les suites rapides à donner au mouvement ».

Appel au « calme »

Une manifestation qu’Emmanuel Dumas, de Force Ouvrière, espère voir se dérouler pacifiquement, lui qui condamne les incidents intervenus le 5 décembre à Rodez, qui ont conduit à la blessure d’un policier : « une manifestation pacifique, même si elle est lourde d’enjeux, ne peux se traduire par des personnes blessées, de quel côté que ce soit. D’autres actions sont prévues dans les prochains jours, Force Ouvrière restera fidèle à ses convictions en réclamant le retrait de ce projet de loi, en respectant les institutions de la république ainsi que tous ses représentants ».

Sans la CFE-CGC

Seule changement par rapport à la première journée, le syndicat de cadres CFE-CGC a décidé de ne pas appeler à manifester, préférant attendre la présentation complète du projet de réforme par le Premier Ministre Edouard Philippe ce mercredi midi devant le Conseil Economique : « fidèle à sa pratique de dialogue et d’échanges, la CFE-CGC attend les annonces du Gouvernement pour définir une position argumentée. » argumente Jacques Douziech, le président de l’Union Départementale, qui compte sur le gouvernement pour geler le projet et « faire baisser la tension sociale »:

« Nous demandons à nos dirigeants politiques d’entamer un véritable processus de dialogue sur le diagnostic de notre système actuel. Les conditions d’équilibre sont réunies et n’appelle donc pas de réforme structurelle menée dans l’urgence !

Des pistes visant à le consolider et l’améliorer le système par répartition existent bel et bien ! »

 

Une position qui n’empêche pas le syndicat de soutenir les mouvements engagés par certaines de ses fédérations en local et de participer à l’intersyndicale qui se tiendra après les annonces du Premier Ministre.