Que pensent les jeunes du label « Fabriqué en Aveyron » ?

Aveyron Ambition Attractivité (responsable du label Fabriqué en Aveyron) et l'école d'ingénieurs de Purpan ont lancé en 2019 une étude marketing sur l'opinion des jeunes de 18 à 35 ans autour du label aveyronnais.

L'enseignante chercheuse Cendrine Augueres et le président de Aveyron Ambition Attractivité, Jean-Claude Luche. ©ADN12

Tous les Aveyronnais le connaissent. Le label noir, vert et blanc « Fabriqué en Aveyron » a été lancé en 2008 par le Conseil Départemental, avec, à l’époque, Jean-Claude Luche à sa tête. Il compte aujourd’hui 3 600 produits, son propre site internet, et est bien visible dans les grandes et petites surfaces locales. Mais qu’en pensent les jeunes consommateurs ?

Pourquoi les Millénials ?

Les Millénials ou génération Y, sont les jeunes de 18 à 35 ans, donc nés entre 1980 le début des années 2000. Pour l’enseignante chercheuse Cendrine Augueres, connaître leur avis est important car ils sont « les consommateurs de demain ».

« Ils font preuve de comportements particuliers et nouveaux, versatiles, exigeants, ils sont sur-informés, abreuvés de messages publicitaires et de réseaux d’influence. »

 

Et ils sont surtout exigeants sur les questions environnementales et de santé, alors que les études nationales montrent que les générations précédentes privilégient surtout le goût et le local pour le choix d’un produit. Pour couronner le tout, ils arrivent dans un contexte économique tendu : « C’est une population très diplômée (Bac +3 et plus), qui arrive tard dans la vie active mais qui possède un pouvoir d’achat inférieur de 8% au reste de la population française » d’après Cendrine Augueres qui s’est appuyée sur des études nationales pour cerner les profils de cette population « qui reste très hétérogène dans son mode de fonctionnement et dans ses motivations ».

Une étude rigoureuse

Malgré trois années de partenariat entre l’école de Purpan et Aveyron Ambition Attractivité, c’est la première étude marketing menée sur ce label. Présentée par les élèves de l’école et leurs enseignants, elle avait pour but de constater la place que prenait le label « Fabriqué en Aveyron » dans l’esprit des Millénials, parmi d’autres labels nationaux (AB, AOP, Bleu Blanc Coeur, Label Rouge…) ou territoriaux (Viande de France, Sud de France…).

Après une phase de documentation, les élèves sont partis relever tous les labels visibles en grandes, petites et moyennes surfaces, dans les épiceries bio et sur les marchés. Puis, un sondage a eu lieu sur plus de 700 personnes en Aveyron, mais aussi à Toulouse, Marseille et en Île-de-France.

Résultat : si les plus anciens labels bénéficient de la meilleure notoriété, c’est bien le label aveyronnais, quand il est connu, qui remporte la meilleure note en termes de confiance auprès des jeunes consommateurs. Mais si le label est très connu localement, il l’est pourtant beaucoup moins dans le reste de la France.

« Ceux qui connaissent ont une confiance excellente, le discours du local est très présent chez les jeunes, ce qui correspond aussi à un phénomène national : le « consommez local » est devenu tendance ! »

Jean-Claude Luche, président d’Aveyron Ambition Attractivité

Vers une plus grande reconnaissance des produits aveyronnais

Le label aveyronnais date de 2008.

D’après Jean-Claude Luche, « pour la confiance et l’attitude, on est bon, il faut par contre qu’on aille sur plus de notoriété ». La seconde étape consistera donc à réfléchir à une manière de faire connaître la marque au niveau national.

« Il faut lancer un vaste chantier sur comment sortir du territoire local, mais on ne peut pas réfléchir tout seul. » Ce qui veut dire : inclure des partenaires marqués localement comme les Halles de l’Aveyron ou le Veau d’Aveyron. Peut-être aussi reprendre le Salon Fabriqué en Aveyron pour le lancer en parallèle dans de grandes métropoles.

Lancé cette année à Rodez, ce dernier a accueilli 6 500 visiteurs et sera reconduit pour l’année 2020. A Rodez, ou peut-être au-delà ?