Calendrier de l’Avent ADN J-23 : le bon Saint-Nicolas

En attendant Noël, ADN vous ouvre chaque matin une case du calendrier de l'avent numérique.

Encore célébré dans plusieurs pays d’Europe du Nord, dans certains cantons suisses et dans l’Est de la France, le bon Saint-Nicolas n’a toujours pas été détrôné par le Père Noël ! Si le premier reste issu de la tradition chrétienne, le second apparaît comme un retour au joyeux paganisme. Et même si leur apparence diffère, les objectifs des deux protagonistes sont les mêmes : distribuer du bonheur aux enfants.

Saint-Nicolas, protecteur des enfants

L’histoire est assez gore, âmes sensibles s’abstenir… Le bon Saint-Nicolas, de son nom Nicolas de Myre, évêque de son état, vint à se présenter un soir, à la porte d’un boucher. Ce dernier avait recueilli sept ans plus tôt, en sa demeure, trois bambins qu’il aurait découpés en morceaux avant de les placer dans le saloir…  Notre évêque se fit donc inviter et insista auprès de notre boucher pour déguster du petit salé. Prévenu par « des corbeaux qui voient tout », Nicolas posa trois doigts au-dessus du saloir, d’où il ressuscita les malheureux enfants « partis glaner aux champs ». Dès lors, il enchaîna le vilain boucher qui l’accompagne désormais sous le nom français du Père Fouettard.

Un Père Fouettard alsacien, ou Hans Trapp, de 1953. Photo : CC

Protecteur des enfants, Saint-Nicolas, équipé de sa crosse d’évêque et de sa mitre, chaque 6 décembre leur distribue des fruits, des figures en pain d’épice et des friandises.

Dicton du jour :

« Quand tu prends à Noël le soleil, à Pâques tu te rôtis l’orteil »

Joyeux Noël ! Boldog Karacsonyt ! (hongrois)