Réforme des retraites. Un jeudi noir en Aveyron ?

Le cortège des manifestants partira de la Place des Ruthènes à 14h pour gagner les rues du centre-ville de Rodez. @ADN12

Depuis quelques temps déjà, les appels à la grève se multiplient pour la grande journée de mobilisation nationale de ce jeudi 5 décembre contre le projet de réforme des retraites. Une manifestation intersyndicale et départementale est prévue ce jour-là à Rodez. Les responsables syndicaux annoncent une « mobilisation d’ampleur, en accord avec le mécontentement grandissant de la population ». Des bus de manifestants sont prévus aux départs de Decazeville, Villefranche et Saint-Affrique.

« A Rodez, on va faire du bruit ! »

Des appels à la grève dans tous les secteurs

Voilà un indice qui présage de l’ampleur que prendra la manifestation de ce jeudi : hormis la CFDT, l’ensemble des organisations syndicales présentes en Aveyron appellent ensemble à la mobilisation. FO, CGT, Solidaires, FSU et CFE-CGC affichent une unité large face aux « inconvénients de la réforme » : système de retraite par points, baisse des pensions, mauvaise répartition des richesses, fin du système de solidarité… les motifs de rejet ne manquent pas selon eux.

« Aujourd’hui, 66 % des français se disent opposés au projet de réforme. Il y a une vraie inquiétude, légitime, au sein de la population. Avec cette réforme, on sera tous perdants et les gens l’ont compris » annonce David Gistau, pour la CGT.

Les responsables syndicats aveyronnais affichent leur unité à la veille de la première journée de mobilisation contre le projet de réforme des retraites. @ADN12

Et de fait, les appels à la grève se multiplient ces derniers temps.

Dans la fonction publique et assimilés d’abord avec des préavis déposés à la SNCF, dans les hôpitaux du département, dans la fonction publique territoriale (mairies, communautés de communes, Conseil Départemental), dans les Finances Publiques, La Poste, EDF, URSAFF et CPAM, sans oublier l’Education Nationale, avec de nombreuses écoles qui resteront fermées ce jeudi.

50 écoles fermées

Julie Bernat-Sandragne, pour la FSU, annonce « 90 % de grévistes dans le premier Degré. Il n’y en a jamais eu autant depuis 2003 ! On dénombre 50 écoles fermées en Aveyron et certaines mairies jouent le jeu en ne proposant pas de service minimum ». A Rodez, 10 écoles sur 16 seront fermées.

Les déchetteries d’Olemps (la Mouline) et de Rodez (Les Moutiers) seront également fermées toute la journée, ainsi que le Restaurant Universitaire de Camonil.

Dans le privé, des mouvements de grève sont également annoncés dans une trentaine d’entreprises : Bosch, Sam, Umicore, Blanc Aero, France Fermetures, Filtrauto, TSI, CER France, Roquefort, Kalhyge, l’hôpital privé Sainte-Marie, Opteo (association Adapeai), les aides à domicile des sociétés ADMR et ADAR, le Géant Casino de Decazeville, Orange, Socatel, les conducteurs de bus…

Les Gilets Jaunes et certains représentants de partis politiques locaux (dont le Parti Socialiste) appellent également à rejoindre le mouvement.

Les raisons du mécontentement

Malgré la tentative d’explication du président de la République à Rodez le 3 octobre dernier, ce projet de réforme des retraites cristallise les inquiétudes. Les représentants syndicaux de l’Aveyron nous disent pourquoi.

David Gistau, CGT

« C’est un projet de réforme systémique, qui se traduira par une baisse des pensions, pour tous. On nous explique qu’on veut limiter à 14% du PIB les dépenses de retraite : or, il y aura de plus en plus de retraités… c’est facile de comprendre que le gâteau sera le même et que les parts vont diminuer… 

On nous dit aussi que le nouveau système prendra en compte l’ensemble de la carrière, contre les 25 meilleures années aujourd’hui… quand on voit les carrières hachées, on est tous perdants !

Cette réforme, c’est la double-sanction : un allongement de la durée de cotisation et un âge-pivot à 64 ans, qui, s’il n’est pas atteint, entraînera une décote de 10 %… »

Julie Bernat-Sandragne, FSU

« Dans l’enseignement, la baisse des pensions sera sans appel, estimée entre 14 et 30 % ! Qui acceptera cette dégringolade ? Avoir un BAC+ 5 et toucher 1 300 euros en moyenne à la retraite ?

Aujourd’hui, notre pension est calculée sur les six derniers mois car nous avons des bas salaires, qui progressent très lentement au fil de la carrière… »

Robert Phavorin, Solidaires

« Les femmes seront particulièrement pénalisées par cette réforme, surtout quand elles sont mères.

Le pire est à craindre pour les mères de trois enfants, dont la pension pourrait être amputée de 25 % !

On casse le système de solidarité ! »

 

Jacques Douziech, CFE-CGC

« Le plus inquiétant est sans aucun doute la volatilité du point. On ne peut pas jouer à la bourse ou aux dés avec ce type de choses ! Nous n’avons aucune garantie sur la valeur du point.

Prenez l’exemple suédois : après deux baisses successives du point, 92 % des femmes et 72 % des hommes ont vu leurs retraites diminuer.

C’est clairement un projet à but lucratif !»

Emmanuel Dumas, Force Ouvrière

« On se bat pour la défense des retraites en général, pas pour un régime particulier. D’ailleurs, les régimes spéciaux ne représentent que 10 % des travailleurs. Tout le monde est concerné !

On est pour l’ouverture de négociations et on est prêt à ressortir dans la rue après le 5 décembre pour faire retirer ce projet. »

 

Pratique

A Rodez, la manifestation départementale de ce jeudi 5 décembre débutera par un rassemblement sur la Place des Ruthènes dès 14h. Le cortège partira ensuite jusqu’à la Place d’Armes, pour entamer un tour de ville, avec un point de chute qui devrait être la préfecture.