Saint-Affrique. Pour la forme et le moral, le sport est un bon remède

Deux temps forts rythmeront le projet « Sport, santé et lien social pour tous » porté par la collectivité à Saint-Affrique. D’abord une marche adaptée cadencée par l’association des Cardabelles, puis une découverte du parcours santé installé pour les seniors au abords du rond-point de la Résistance.

Patrice Grialou, au centre, souhaite « rassembler les gens, faire que le sport devienne un prétexte pour réexister socialement ». ©Le Progrès

Jusqu’en 2024, un plan régional fait du ‘‘sport santé bien-être’’ une priorité des collectivités. A la mairie de Saint-Affrique, c’est Katia Proneur, qui se forme au Diplôme d’Etat de la jeunesse, de l’éducation populaire (Dejeps), qui est chargée de mener « une réflexion sur la thématique du sport santé à Saint-Affrique », présente Patrice Grialou,
responsable des affaires sportives de la ville. Après un travail de diagnostic, elle a dégagé des hypothèses de travail.

« J’ai d’abord recensé les activités spécifiques proposées aux publics en situation de fragilité », retrace-t-elle. Comme les randonnées douces proposées par les marcheurs des Cardabelles, l’Association de gymnastique volontaire (AGV), « ouverte notamment aux personnes à mobilité réduite » ou le vélo doux. Par public fragile, la Ville entend aussi « les personnes sédentaires, comme certains seniors, celles vivant avec une pathologie chronique, en situation de précarité ou de handicap ». Par extension, ceux qui travaillent devant un ordinateur sans pratiquer d’activité physique en sont aussi.

Le parcours santé pour les seniors a été installé par l’entreprise spécialisée Geromouv’. ©Le Progrès

La marche comme médicament

Une marche collective sur la voie verte, avec trois courts parcours adaptés, a eu lieu samedi 30 novembre. Elle était rythmée par les chevilles ouvrières des Cardabelles.

« On dit qu’un jour de sentier, c’est huit de bonne santé, »

amorce le président Laurent Privat. « On a douze animateurs dotés du brevet fédéral de randonnée pédestre et quatre labellisés rando-santé. » Qui ont le bagage pour épauler les personnes pour qui la marche est thérapeutique. Un goûter concocté par les bénévoles a régalé les marcheurs à l’arrivée. « Le sport devient un outil de lien social », commente Patrice Grialou.

Une deuxième animation est organisée avec le Centre communal d’action sociale (CCAS) jeudi 5 décembre, « à destination des seniors de 70 à 80 ans et de tous les professionnels, animateurs ou éducateurs sportifs qui les encadrent, pour une découverte du parcours santé », reprend Katia Proneur. Elle sera animée par une personne de Géromouv’, l’entreprise qui a installé l’équipement fait de plusieurs modules en bois, financé par la communauté de communes du Saint-Affricain. Dans un second temps, des réunions fédèreront les différents acteurs sportifs, sociaux et sanitaires du coin pour continuer à faire du sport, un excellent médicament contre l’exclusion.