Chant choral. L’ensemble Van Berchem veut donner encore plus de corps à son chœur

L’ensemble vocal Van Berchem, du haut de ses 30 ans, cherche à passer un nouveau cap : celui d’amorcer le travail sur la création et la construction d’une identité vocale, reconnaissable entre toutes. Ce virage occasionne un changement dans les habitudes : exceptionnellement, il n’y aura pas de concert de Noël cette année. Mais des surprises pour la suite.

Journée studieuse pour les 70 chanteurs de Van Berchem, en compagnie de leur chef Philippe Gaches et du formateur vocal Jordi Teixido. ©Le Progrès

« Beaucoup de gens seront peut-être déçus, mais on ne peut pas tout faire. Il y a des moments de transition, où il faut savoir évoluer. On ne peut pas diriger un chœur et faire tous les ans la même chose. Sinon on s’installe dans une routine, et pour la musique, la routine est un vrai danger », explique Philippe Gaches, le chef de l’ensemble vocal Van Berchem.

Dimanche 17 novembre les 70 chanteurs de l’ensemble Van Berchem étaient réunis pour
travailler en compagnie de Jordi Teixido, formateur en techniques vocales. Depuis cinq ans, ce chanteur professionnel, ancien titulaire à l’opéra de Barcelone, vient trois fois par an pour travailler plus spécifiquement le grain de voix de l’ensemble. Une démarche que Philippe Gaches souhaite approfondir.

« Notre nouveau challenge, c’est que le chœur sculpte à présent son identité sonore, sa signature vocale. Que l’ensemble soit reconnaissable dès les premières notes »

Philippe Gaches, chef de chœur

Une sorte d’alchimie qui dépasse la simple approche technique du chant. Et qui nécessite du temps. « C’est comme travailler une pâte, pour donner plus de corps au chœur. C’est un
challenge, le Graal que tous les ensembles recherchent », appuie Hélène Bertrand,  régisseur et responsable de la formation vocale au sein de l’ensemble Van Berchem. Cette nouvelle quête ne permettra pas d’assurer le concert de Noël cette année, mais « les ateliers avec les Ehpad seront maintenus, et il y aura des surprises pour les enfants », promet Philippe Gaches.

Le Requiem de Zelenka au programme

Le public devra donc faire montre de patience pour découvrir l’œuvre retenue cette année : le Requiem de Zelenka, un auteur tchèque, à l’écriture à mi-chemin entre le baroque et le
classique : « Il a écrit des pièces qui sonnent comme Haydn ou Mozart, et d’autres comme
Bach », illustre Philippe Gaches, qui choisit lui-même le répertoire. « Les pièces nouvelles
doivent apporter quelque chose de différent par rapport aux années précédentes, mais il faut aussi qu’elle soient pédagogiquement adaptées pour faire avancer la progression du chœur », explique-t-il.

Et de répéter avec conviction, que « la force de Van Berchem, c’est d’intégrer des nouveaux chanteurs, mêmes des gens qui n’ont jamais chanté et qui ne lisent pas la musique. Nous avons un socle solide, donc c’est possible, et même fondamental d’accueillir de nouvelles personnes. La seule condition, avoir envie de chanter, se préparer à l’année de travail, à assurer les concerts, et surtout à prendre plaisir. C’est l’essentiel ».