Rodez. 1 000 enfants sensibilisés à la problématique de l’eau

Les écoliers ont procédé au marquage des gilles d'évacuation des eaux de pluie

Dans le cadre de sa mission de sensibilisation, le Syndicat Mixte du Bassin Versant Aveyron Amont (SMBV2A) propose aux écoles de son territoire de faire la découverte de l’écosystème rivière, de sa dynamique, de la diversité de ses habitants et de leurs occupants. Sur le thème « Mon école mon cours d’eau » les élèves de CM2 de Jean-Albert Bessière, dans le quartier de Saint Félix, ont bénéficié de cette intervention, en classe puis sur le terrain, avec des activités ludiques et pédagogiques.

Plus de 1 000 enfants sensibilisés

Sur l’année 2019, ce sont 40 classes qui ont pu être concrètement sensibilisées aux problèmes de quantité et de qualité de l’eau. Récemment, c’est l’école Jean-Albert Bessière qui a pu participer aux différents ateliers en bord du ruisseau qui se jette dans l’Aveyron.

Le thème de la journée, organisée en collaboration avec la Fédération de Pêche de l’Aveyron, portait sur le devenir des eaux pluviales urbaines. « De nombreux habitants n’ont pas conscience du devenir de l’eau qui ruisselle dans leur rue par temps de pluie : où elle va et ce qu’elle devient après être absorbée par les grilles » commente la directrice du Syndicat.

« Les grilles ne sont pas des bouches d’égouts. Elles servent seulement à canaliser les eaux de pluie. Ne rien jeter de polluant dans les grilles contribue à la qualité de l’eau »

 

De la grille à la rivière

« Notre structure est gestionnaire de la rivière Aveyron et des ruisseaux qui s’y déversent dans sa partie amont, de ses sources près de Séverac-le-Château jusqu’à sa confluence avec le Viaur soit 1 500 km2 et 2 000 km de cours d’eau » informe la directrice de la structure, Marion Sudres.

En sensibilisant le grand public aux problèmes de l’érosion, des inondations, de la préservation de la faune et de la flore et de l’assainissement individuel ou collectif, le syndicat table sur l’information, l’éducation de chacun afin de comprendre et respecter les règles élémentaires à la sauvegarde des cours d’eau en terme de quantité et qualité.

« Dans un contexte urbain où le contact avec la nature est devenu plus distant qu’en milieu rural, nous mettons l’accent sur la notion de bassin versant et sur le devenir des eaux pluviales urbaines »

 

Tout ce travail éducatif passe donc par la sensibilisation des enfants, premiers concernés par un avenir positif sur la nature. La journée organisée à l’école s’est déroulée en deux temps. Le matin, les écoliers ont pu découvrir en classe la notion de bassin versant avec la Fédération Départementale de Pêche.

Des bonnes pratiques dès le plus jeune âge

« On a travaillé sur une maquette : on nous a montré comment une bulle d’eau tombée dans la cour de l’école partait ensuite dans la rue et tombait dans la grille sous la terre pour arriver au ruisseau là-bas » c’est clair, Julien, comme ses petits camarades, ont été attentifs !

La fédération de pêche est particulièrement investie dans l’opération  »mon école, mon cours d’eau ». @ADN12

L’après midi, se sont succédés des travaux pratiques : le marquage des grilles pluviales dans le quartier de Saint Félix, la simulation d’une découverte de pollution avec la recherche de son origine, et enfin une plantation de végétaux en bordure du ruisseau de Saint Félix avec le concours des services assainissement de Rodez Agglomération et les techniciens de Véolia.

« Gageons qu’après cette animation les enfants deviennent les ambassadeurs des bonnes pratiques dans l’utilisation et la non utilisation des ouvrages et réseaux de collecte des eaux de pluie »

 

Pour rassurer les parents, l’activité du ruisseau s’est faite bottes aux pieds, ce qui n’était pas du superflu…

Empêcher l’érosion en plantant des végétaux : voilà une expérience que les enfants ont bien retenue. @ADN12